NOUVELLES
24/02/2013 04:57 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

N.-B.: un possible référendum sur la TVH serait politiquement risqué

FRÉDÉRICTON, N.-B. - Le premier ministre du Nouveau-Brunswick songe à tenir un référendum sur l'augmentation de la taxe de vente avant les prochaines élections, ce qui pourrait, selon des experts, comporter d'importants risques politiques.

Lorsque les progressistes-conservateurs de David Alward ont remporté l'élection provinciale de 2010, ils ont promis de stabiliser les finances de la province sans hausser les impôts ou couper dans les services.

Malgré des coupes dans les dépenses, la posture financière de la province atlantique ne s'est pas améliorée, et son déficit pour 2012-2013 a plus que doublé pour atteindre au moins 411 millions $.

C'est ce qui a mené a l'idée d'augmenter la taxe de vente harmonisée (TVH), mais en vertu de la Loi sur la protection des contribuables de la province, les électeurs devront approuver le changement par référendum. Cette loi exige que la mise en vigueur de nouvelles taxes, d'une hausse de la TVH ou de l'imposition de péages autoroutiers soient approuvés par référendum ou par un mandat électoral.

Selon le politologue Geoff Martin de l'université Mount Allison à Sackville, un référendum serait un pari pour M. Alward, 18 moins avant la fin de son mandat.

Don Desserud, un observateur de longue date de la politique néo-brunswickoise, a fait valoir que le public pourra juger sévèrement un gouvernement qui tient un référendum et des élections dans une courte période de temps.

M. Alward a récemment déclaré que le référendum serait une possibilité, mais il a aussi averti qu'il était prématuré de conclure qu'il y en aurait assurément un.

Le ministre des Finances Blaine Higgs a suggéré d'autres façons de générer des revenus, dont l'annulation de coupes précédentes dans les impôts des particuliers et des entreprises, une hausse des taxes à la consommation, l'imposition de péages autoroutiers et l'imposition d'une taxe santé.

Selon le ministère des Finances du Nouveau-Brunswick, une augmentation de deux points de pourcentage de la TVH générerait 270 millions $ par année en revenus. D'annuler les réductions d'impôts mises en place par le gouvernement libéral rapporterait 345 millions $ par année.

Le Conseil d'entreprises du Nouveau-Brunswick appuie l'augmentation de l'imposition des entreprises, et des économistes disent qu'augmenter des impôts des particuliers serait plus juste envers les familles à faible et moyen revenu qu'une augmentation de la taxe de vente.