NOUVELLES
24/02/2013 11:39 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Mondiaux-2013 - Botticher, le retour allemand

Stefan Botticher, nouveau champion du monde de la vitesse individuelle, a signé le retour du sprint allemand au plus haut niveau dans l'épreuve-phare des compétitions qui se sont conclues dimanche à Minsk sur le succès de la Britannique Becky James dans le keirin dames.

Botticher, 21 ans, a battu en finale le Russe Denis Dmitriev, 26 ans, à chaque fois en le remontant dans la ligne droite d'arrivée.

Déjà titré en vitesse par équipes (avec Enders et Levy) à Minsk, le jeune sprinteur au gabarit de 1,82 m pour 83 kg a mis à profit cette édition post-olympique des Mondiaux pour prendre date, en l'absence du Français Grégory Baugé, tenant du titre.

S'il a été battu par le champion olympique, le Britannique Jason Kenny, en huitième de finale, Botticher a battu ensuite deux Néo-Zélandais, Simon Van Velthooven puis la révélation Sam Webster (21 ans), le "tombeur" de Kenny, pour accéder à la finale.

"C'est un rêve !", s'est exclamé le jeune Allemand à la descente du podium. "J'ai tout fait pour atteindre le top de ma forme aux Mondiaux, c'est la preuve que je ne me suis pas trompé".

L'Allemagne, qui figure parmi les grandes nations du sprint, n'avait plus gagné le titre mondial individuel depuis Rene Wolff en 2005. Pour la Russie, dont les sprinteurs sont désormais entraînés par le Français Benoît Vêtu, il faut remonter à 1989 pour trouver trace d'un coureur présent sur le podium.

Dmitriev, qui pouvait espérer l'or, s'est contenté de l'argent. Le Moscovite, champion d'Europe 2010 et 2012, a enfin réussi ses Mondiaux après une succession d'échecs. En 2012, il avait réalisé le... 30e temps du tournoi individuel.

Rebecca James, victorieuse du keirin, a réussi pour sa part le "doublé", au lendemain de son succès en vitesse individuelle. La jeune Galloise, 21 ans, a ramené au total quatre médailles de Minsk (2 or, 2 bronze), une performance encore supérieure à celle de l'Australienne Anna Meares, la championne olympique de vitesse, en 2007 (1 or, 3 bronze).

"J'ai juste besoin que l'on me pince pour me dire si ce qui m'arrive est bien vrai", a déclaré Becky James, destinée à devenir une star dans un pays atteint par le virus du vélo de compétition.

L'autre jeune vedette de la sélection britannique, Laura Trott, dont l'idylle avec Kenny a ravi les tabloïds l'été dernier, s'est cantonnée à l'argent. La jeune femme, 20 ans, a pris la deuxième place de l'omnium derrière l'Américaine Sarah Hammer, la championne du monde de poursuite en titre.

Le podium de l'épreuve a réuni les mêmes concurrentes, dans un ordre différent, qu'aux JO de Londres. L'Australienne Annette Edmondson a pris une nouvelle fois la 3e place.

La France, grâce à la paire formée de Morgan Kneisky et Vivien Brisse, a gagné enfin l'américaine, une épreuve qui a disparu du programme olympique.

Au bilan, la Grande-Bretagne a terminé en tête du tableau des médailles (devant l'Allemagne et l'Australie), sans marquer la même supériorité écrasante qu'aux JO de Londres. Mais, pour les Britanniques, désormais rassurés pour l'avenir dans le sprint féminin, Minsk n'est que la première étape sur la route de Rio 2016.

jm/bvo