NOUVELLES
24/02/2013 07:32 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Darfour: les heurts tribaux entravent l'acheminement de l'aide (ONU)

L'ONU a exprimé dimanche sa profonde inquiétude face aux violences tribales qui font rage depuis début janvier dans une zone de mines d'or au Darfour, dans l'ouest du Soudan, et qui entravent l'acheminement de l'aide humanitaire pour des dizaines de milliers de réfugiés.

Samedi, des habitants d'El-Sireaf avaient rapporté une attaque à la mitrailleuse lourde et au lance-grenade menée par des miliciens d'une tribu arabe contre des membres d'une tribu arabe rivale dans cette ville du Darfour-Nord, faisant état de plus de 50 morts.

Les médias officiels ont évoqué un bilan de soixante morts.

"Nous sommes profondément préoccupés par les violences", a déclaré à l'AFP Damian Rance, porte-parole à Khartoum du Bureau des Nations unies pour la coordination des Affaires humanitaires (Ocha). Cette nouvelle attaque "a affecté notre capacité à conduire une opération humanitaire", a-t-il ajouté.

El-Sireaf accueille en effet une grande partie des quelque 100.000 personnes déplacées ou fortement affectées, selon l'ONU, par des combats qui opposent depuis début janvier la tribu des Rezeigat à celle des Beni Hussein pour le contrôle de mines d'or dans la région de Jebel Amir au Darfour-Nord.

Des convois d'aide se trouvent toujours dans les environs d'El-Sireaf, mais "nous n'avons plus accès à la ville" en raison des combats, a expliqué M. Rance, soulignant que les violences avaient obligé certains déplacés à trouver refuge hors de la ville, tandis que d'autres étaient partis vers le Darfour-Ouest.

Selon un habitant d'El-Sireaf, des réfugiés qui s'étaient installés dans la banlieue, théâtre des affrontements les plus violents samedi, se sont déplacés vers le centre-ville, où certains vivent dans la rue, sous des arbres.

Les récentes violences illustrent le changement de nature du conflit au Darfour, dix ans après le début d'une insurrection menée par des tribus noires contre le régime de Khartoum, dominé par les Arabes.

Le banditisme, les violences tribales et les combats entre rebelles et armée soudanaise restent quotidiens au Darfour, même s'ils sont d'un degré moindre qu'au début de l'insurrection.

it/tg/fc