NOUVELLES
24/02/2013 10:47 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Arabie: des femmes siègent au Conseil consultatif sans séparation des hommes

Des Saoudiennes, qui ont fait leur entrée au conseil consultatif de leur pays, ont siégé dimanche dans la même salle que leurs collègues masculins sans aucune séparation physique, selon des témoins.

Cette cohabitation entre les deux sexes est un phénomène rare en Arabie 0saoudite, un royaume ultraconservateur où la mixité est interdite.

Au cours de la première séance du Conseil consultatif, à laquelle la presse internationale n'a pas été invitée, "les femmes ont pris place à droite du président du Majles al-Choura Abdallah Al-Cheikh, sans aucune séparation" des hommes, a précisé l'un des témoins qui a été autorisé à y assister.

Trois des 30 femmes membres du Majles ont été choisies pour co-présider trois commissions de ce Conseil, assimilé à un Parlement et dont les 150 membres sont désignés par le roi.

Ainsi, Lubna al-Ansari, haut fonctionnaire de l'Onu, Thouraya Abid et Zeinab Abou Taleb, deux médecins, ont été désignées vice-présidentes respectivement de la commission des affaires de santé, de celle des droits de l'Homme et de celle des affaires culturelles et de l'information, selon la mêmes source.

L'entrée de la femme "est une décision souveraine du roi qui a jugé que cela relevait de l'intérêt national", a commenté dimanche le président du Majles.

Le 19 février, les membres du Majles avaient prêté serment devant le roi Abdallah lors d'une cérémonie organisée dans son palais à Ryad.

Les 30 femmes, dont plusieurs portaient le niqab, avaient alors pris place dans le même salon que leurs 120 collègues masculins pour prêter serment collectivement.

"Le développement auquel nous oeuvrons tous doit être progressif", avait souligné le roi.

Il avait nommé le 11 janvier trente Saoudiennes au Conseil consultatif, une instance qui n'a pas le droit de légiférer mais conseille le gouvernement sur les politiques générales du pays.

Mais des oulémas radicaux avaient contesté ces nominations lors d'un rare rassemblement devant le palais royal à Ryad le 16 janvier.

Le roi Abdallah est un prudent réformateur dans un royaume où l'establishment religieux ultra-conservateur, et généralement hostile aux droits des femmes, garde une grande influence sur la vie publique.

Il avait promis le 25 septembre 2011 de faire entrer les femmes au Conseil consultatif. A la même date, il avait octroyé aux Saoudiennes le droit de vote aux municipales mais seulement à partir de 2015.

La vie des Saoudiennes reste régie par une interprétation rigoriste de l'islam qui leur impose de sortir voilées et leur interdit de voyager à l'étranger sans l'autorisation d'un tuteur ou de conduire une voiture.

aa/tm/hj