NOUVELLES
24/02/2013 10:31 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

Anne Hathaway, des princesses Disney à la Fantine des "Misérables"

Entrée dans le monde du cinéma sous la crinoline d'une princesse Disney, c'est dans les hardes de la fille-mère Fantine des "Misérables" qu'Anne Hathaway a remporté dimanche, à 30 ans, le premier Oscar d'une carrière remarquablement éclectique.

Sa statuette pour le second rôle féminin n'était pas une surprise, après que l'actrice eut raflé à peu près tous les trophée de la saison, du Golden Globe au Bafta, en passant par le prix du Syndicat américain des Acteurs (SAG).

Si son apparition dans la comédie musicale "Les Misérables" est relativement courte, elle est chargée d'un tel poids dramatique que l'actrice a vite attiré sur elle l'essentiel de l'attention du public et des professionnels.

C'est surtout son interprétation du titre "I Dreamed A Dream" -- boursouflée de pathos pour les uns, extraordinairement émouvante pour les autres --, en très gros plan et en plan séquence, qui a marqué les esprits, et pour laquelle elle est allée demander conseil à sa mère Kate, interprète du rôle à la scène.

"J'ai couru la voir", déclarait récemment l'actrice au magazine The Hollywood Reporter. "Elle m'a appris beaucoup de choses sur son expérience d'interprète de Fantine, et m'a donné confiance en moi".

"Je crois que cela m'a permis d'être en relation beaucoup plus profonde avec le personnage", et notamment avec sa profonde détresse, qui l'a parfois amenée à mettre au second plan la qualité de la voix et de la ligne de chant.

"Tu ne peux pas t'en vouloir de ne pas toujours sonner parfaitement. Fantine a de bonnes raisons de pleurer. Je m'en suis tenue à la vérité", dit-elle.

Né à Brooklyn en 1982, Anne Hathaway s'est intéressée très tôt au théâtre, avant de passer au cinéma sous les traits d'une princesse un peu gauche dans "Princesse malgré elle" des studios Disney (2001), qui donnera lieu à une suite, "Un mariage de princesse" (2004).

Elle reste abonnée pendant quelques années aux films pour le jeune public -- "Nicholas Nickelby" (2002), "Ella au pays enchanté" (2004) -- avant de gagner subitement en épaisseur dramatique grâce à Ang Lee.

Le cinéaste taïwanais la choisit en effet pour interpréter l'épouse de Jake Gyllenhaal dans "Le secret de Brokeback Mountain", et Hollywood découvre que la jeune femme aux grands yeux et à l'immense sourire n'est plus une ado Disney.

La même année (2005), dans "Jeux de gangs", elle est une fille de riches qui se retrouve plongée dans le monde des gangs de Los Angeles -- dévoilant pour l'occasion l'essentiel de sa plastique.

Elle évolue ensuite entre la comédie et le répertoire léger -- "Le diable s'habille en Prada" (2006), "Max la menace" (2008), "Meilleure ennemie" (2009), "Valentine's Day" (2010) et "Love, et autres drogues" (2010) -- et le registre dramatique avec "Jane" (2007), où elle incarne l'écrivain Jane Austen, et le superbe "Rachel se marie" (2008).

Ce dernier film, dans lequel elle joue une ex-toxicomane venue assister au mariage de sa soeur, lui vaut en 2009 une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice, remporté cette année-là par Kate Winslet pour "The Reader".

Elle a depuis travaillé pour Tim Burton ("Alice au pays des merveilles"), Christopher Nolan ("The Dark Knight Rises") ou Lone Scherfig ("Un jour").

L'actrice à également prêté sa voix à plusieurs dessins animés, parmi lesquels "La véritable histoire du petit chaperon rouge" et "Rio".

La relation entre Anne Hathaway et les Oscars ne se limite pas à ses nominations. Elle a participé avec Hugh Jackman au numéro musical d'ouverture de la cérémonie en 2009, resté dans toutes mémoire pour son excellence, avant de co-présenter la soirée deux ans plus tard avec James Franco -- une prestation catastrophique, de l'avis général.

Anne Hathaway est mariée depuis 2012 à l'acteur américain Adam Shulman.

rr/bdx