NOUVELLES
24/02/2013 11:01 EST | Actualisé 26/04/2013 05:12 EDT

"Amour" meilleur film étranger aux Oscars, Hathaway et Waltz récompensés

"Amour", de l'Autrichien Michael Haneke, a raflé dimanche l'Oscar du meilleur film étranger, en attendant peut-être une statuette pour son interprète Emmanuelle Riva, tandis qu'Anne Hathaway et Christoph Waltz ont remporté les trophées des les seconds rôles.

A mi-soirée, les deux favoris de la soirée, "Argo" et "Lincoln" attendaient encore leur heure et étaient au coude à coude avec un trophée seulement chacun: meilleur montage pour le premier, meilleurs décors pour le second.

Comme attendu, le film en français de Michael Haneke, qui concourait pour l'Autriche, a ajouté une statuette dorée à ses Palme d'or cannoise, Bafta britannique, Golden Globe, César et Spirit Award.

Après avoir embrassé son épouse, le cinéaste autrichien est monté sur scène pour recevoir son trophée des mains de Jessica Chastain et Jennifer Garner.

"Merci beaucoup pour cet honneur", a-t-il dit en anglais, avant de remercier son équipe. "Je remercie aussi mes deux acteurs, car sans eux je ne serais pas ici", a-t-il ajouté à l'adresse de Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva -- cette dernière étant en lice pour l'Oscar de la meilleure actrice

Anne Hathaway a pour sa part remporté la statuette du second rôle féminin pour sa Fantine de la comédie musicale "Les Misérables".

"C'est devenu réalité", a-t-elle chuchoté en regardant son trophée, très émue. "J'espère que dans un futur pas trop lointain, on ne trouvera les malheurs de Fantine que dans les histoires et pas dans la vraie vie".

"Les Misérables" ont également remporté les trophées techniques de meilleur maquillage et son, tandis que la photographie et les effets spéciaux sont allés à "L'odyssée de Pi" du Taïwanais Ang Lee.

Le premier trophée de la soirée, pour le second rôle masculin, est allé à l'Autrichien Christoph Waltz pour son rôle de chasseur de primes dans "Django Unchained" de Quentin Tarantino, qui a adressé sa "gratitude illimitée" au réalisateur Quentin Tarantino, "créateur de ce monde incroyablement inspirant".

Quant à l'Oscar du meilleur long métrage d'animation, il est allé à "Rebelle" des studios Pixar (Disney), dont le réalisateur Mark Andrews est venu recevoir son trophée en kilt, en écho au thème écossais de son film.

Le présentateur de la soirée, l'acteur et réalisateur de "Ted" Seth MacFarlane, a ouvert la cérémonie avec une séries de blagues, ironisant notamment sur Jean Dujardin, "qu'on voit partout" depuis son Oscar l'an dernier pour "The Artist" -- une façon de dire qu'il avait en réalité disparu du paysage hollywoodien. "Il n'a pas pu faire de cinéma parlant", a-t-il continué, faisant sourire l'intéressé, qui remettra un Oscar pendant la soirée.

Il a ensuite été interrompu par William Shatner, le commandant du vaisseau spatial dans la série "Star Trek", qui lui a donné, depuis le futur, quelques conseils pour ne pas être "le pire présentateur des Oscars", donnant lieu à plusieurs savoureux numéros musicaux.

Comme promis, la soirée fait une grande place à la musique, avec notamment deux numéros consacrés aux comédies musicales "Chicago" et "Les Misérables", tandis qu'un hommage aux 50 ans de James Bond au cinéma s'est achevé avec Dame Shirly Bassey venue chanter le titre mythique "Goldfinger".

A 76 ans, la chanteuse a prouvé en direct qu'elle avait encore une voix capable d'électriser le public -- qui lui a réservé une ovation debout.

Seth MacFarlane a continué à saupoudrer la soirée de ses blagues, notamment en conviant l'ours politiquement incorrect Ted, héros de son film, qui a demandé à son compère Mark Whalberg, "où aurait lieu l'orgie après la soirée". Après quelques réticences, Mark Whalberg a laché: "chez Jack Nicholson".

Outre "Argo" et "Lincoln", sept films briguent la statuette du meilleur film: "Les bêtes du sud sauvage", "Django Unchained", "Les Misérables", "L'odyssée de Pi", "Happiness Therapy", "Zero Dark Thirty" et "Amour" de Michael Haneke.

Pour les trophées d'interprétation, Jennifer Lawrence semblait la mieux placée pour son rôle dans "Happiness Therapy", tandis que Daniel Day-Lewis est presque assuré de repartir avec un historique troisième Oscar de meilleur acteur pour "Lincoln". Sauf surprise, Steven Spielberg devrait quant à lui repartir avec le trophée de meilleur réalisateur.

rr/jca