DIVERTISSEMENT
23/02/2013 05:12 EST | Actualisé 25/04/2013 05:12 EDT

Pinochet voulait résister à sa défaite aux urnes, révèle un rapport

SANTIAGO, Chili - Des documents américains récemment publiés indiquent que le dictateur chilien Augusto Pinochet envisageait d'utiliser la violence pour annuler le référendum, mis en relief par le film «No», en nomination aux Oscar, qui a mis fin à son régime brutal.

Les anciens documents secrets publiés vendredi par la U.S. National Security Archive, un organisme indépendant, révèlent également que des responsables américains avaient mis en garde des leaders chiliens contre la violence si Pinochet avait tenté d'utiliser la force pour demeurer au pouvoir.

Le dictateur «planifiait de faire tout ce qui était nécessaire pour garder le pouvoir», un jour avant le référendum du 5 octobre 1988, selon un document de la Defence Intelligence Agency basé sur des informations provenant d'un officier de l'armée de l'air chilienne.

Les documents précisent par ailleurs que des agences et responsables américains ont appuyé la campagne anti-Pinochet, même si le gouvernement avait travaillé à saper l'administration socialiste de Salvador Allende qu'a renversée Pinochet en 1973, et soutenait tout d'abord le gouvernement du dictateur.

Selon les documents, Pinochet était furieux après avoir pris connaissance des résultats du vote.

Dans une dernière tentative de conserver le pouvoir, l'homme fort du pays, qui s'est déjà comparé aux plus grands empereurs de Rome, a demandé aux membres de la junte militaire de le rencontrer dans son bureau du palais présidentiel.

Le dictateur avait préparé un document à faire signer par les autres généraux, et «a parlé d'utiliser des pouvoirs extraordinaires pour que les forces armées s'emparent de la capitale», mentionne un rapport du département de la Défense.

Mais même les plus proches alliés de Pinochet ont dit non.

Perdant toute capacité de renverser le plébiscite, Pinochet a accepté la défaite.

Les événements ayant mené à cette décision sont présentés dans «No», qui est en nomination pour l'Oscar du meilleur film étranger. Le film chilien est basé sur la campagne de publicité qui a aidé à renverser Pinochet et à ramener le Chili sur la voie de la démocratie.

Le général a dirigé le Chili de 1973 à 1990. Il est mort en résidence surveillée, sans même être jugé, malgré des accusations de s'être illégalement enrichi et d'avoir commis des violations des droits de la personne.

INOLTRE SU HUFFPOST

Oscars 2013: quelques nominés