NOUVELLES
23/02/2013 11:01 EST | Actualisé 25/04/2013 05:12 EDT

Le chef de l'opposition appelle le monde à stopper le bain de sang en Syrie

Le chef de la Coalition de l'opposition syrienne, Ahmed Moaz al-Khatib, a appelé samedi les gouvernements du monde à entreprendre une action concrète pour faire cesser le bain de sang en Syrie, ravagée par la guerre depuis près de deux ans.

M. Khatib, qui participait au Caire à un sit-in organisé par la Coalition, a indiqué à la chaîne Al-Aan que cette initiative était "un message de protestation adressé à tous les gouvernements du monde pour qu'ils voient comment le peuple syrien est en train d'être tué".

La Coalition avait auparavant annoncé qu'elle suspendait sa participation à la réunion des Amis du peuple syrien, prévue le 28 février à Rome, pour protester "contre le silence international sur les crimes" commis à l'encontre du peuple syrien.

Les Amis du peuple syrien rassemblent plus d'une centaine de pays, organisations internationales et représentants de l'opposition syrienne.

La Coalition a annulé également des visites de M. Khatib en Russie, allié du régime de Damas, où il était attendu dans les prochaines semaines, et aux Etats-Unis, où il a été invité à se rendre par le sous-secrétaire d'Etat William Burns.

"Toutes les administrations du monde peuvent voir ce qui se passe. Nous ne pouvons visiter aucun pays, s'il n'y a pas de décision claire concernant ce régime sauvage et barbare", a ajouté M. Khatib, en référence au régime du président Bachar al-Assad.

Plus tôt, le porte-parole de la Coalition Walid al-Bounni avait déclaré que les Etats-Unis devaient tenir leurs engagements vis-à-vis de la démocratie.

"Notre visite à Washington est suspendue jusqu'à ce que Washington prenne une position en accord avec les déclarations américaines sur son soutien à la démocratie", a affirmé M. Bounni sur la chaîne en langue arabe de France 24.

"Les Etats-Unis sont une force dirigeante dans le monde, comme le sont la France, la Grande-Bretagne et l'Union européenne. Tous ont été incapables de stopper le boucher qui commet des crimes contre notre peuple", a-t-il affirmé, dans une allusion à M. Assad.

Le conflit armé en Syrie, qui s'apprête à entrer dans sa troisième année sans aucune issue en vue, a déjà fait plus de 70.000 morts selon l'ONU.

Le Conseil de sécurité est profondément divisé entre occidentaux qui veulent faire pression sur Damas et la Russie et la Chine qui protègent leur allié syrien.

ser-rm/tg/feb