NOUVELLES
23/02/2013 08:14 EST | Actualisé 25/04/2013 05:12 EDT

Des manifestants au Liban bloquent la route Beyrouth-Damas (AFP)

Des centaines de manifestants libanais ont bloqué samedi sur la route principale reliant Beyrouth à Damas, empêchant l'entrée de camions de diesel en Syrie destinés selon eux aux forces du président Bachar al-Assad, a indiqué un correspondant de l'AFP.

Près de 300 personnes dont une vingtaine de religieux sunnites ont participé à ce sit-in organisé sur la route menant au poste-frontière de Masnaa (est) par une association d'étudiants sunnites libanais favorables à l'opposition syrienne.

"Nous sommes là pour bloquer le passage des camions-citernes qui transportent du fuel aux machines à tuer en Syrie", a déclaré l'un des organisateurs, Yehia al-Baridi.

Environ 15 camions ont été obligés de retourner dans la capitale libanaise, selon le correspondant.

Les manifestants ont appelé les autorités libanaises à ne plus autoriser les livraisons de carburant via la frontière, destinées selon eux aux troupes du régime en conflit avec les rebelles.

Le 13 février, plusieurs dizaines de manifestants, notamment des sunnites, avaient bloqué au Liban deux points de passage à la frontière nord du Liban pour empêcher l'entrée en Syrie de camions de diesel. Ces livraisons sont selon eux facilitées par le Hezbollah chiite, allié de Damas.

"Nous avertissons l'Etat libanais. Pour nous, musulmans sunnites, ces camions sont comme un détonateur pour un conflit confessionnel" au Liban, ajoute al-Baridi.

Bien qu'officiellement neutre, le Liban est divisé sur le conflit syrien, entre le Hezbollah et ses alliés qui dominent le gouvernement et soutiennent Damas, et l'opposition qui appuie la révolte.

Le Liban subit le contre-coup de la guerre qui ravage son ancienne puissance de tutelle, et qui a causé la mort de plus de 70.000 personnes en Syrie depuis mars 2011, selon l'ONU.

Le nord et l'est du Liban ont été le théâtre de bombardements et d'accrochages, alors que le régime syrien a demandé aux responsables libanais de mieux contrôler la frontière afin d'empêcher la contrebande d'armes et le passage de combattants.

haj-ser-rm/vl