NOUVELLES
23/02/2013 03:05 EST | Actualisé 25/04/2013 05:12 EDT

Argo: l'ex-ambassadeur Ken Taylor espère que Ben Affleck se repentira

TORONTO - L'ancien ambassadeur canadien en Iran, qui a risqué gros en protégeant des Américains pendant la crise des otages iraniens de 1979, affirme que Ben Affleck, le réalisateur d'Argo, manquera une belle occasion s'il ne prononce pas quelques mots sur le rôle joué par le Canada s'il remporte l'Oscar du meilleur film, dimanche.

Mais Ken Taylor — qui dit être déçu par le film, puisque celui-ci fait passer le Canada comme simple observateur des actions héroïques de la CIA dans le cadre du sauvetage de six employés de l'ambassade américaine — ne s'y attend pas.

M. Taylor a gardé les Américains cachés dans sa résidence et la maison de son adjoint, John Sheardown, à Téhéran, et a facilité leur évasion en leur trouvant des billets d'avion et en persuadant Ottawa d'émettre de faux passeports. Il a également accepté de suivre l'histoire de production d'un film de la CIA pour faire sortir les Américains du pays.

M. Taylor est devenu un héros au Canada et aux États-Unis par la suite. Il a cependant l'impression que le rôle joué par les autres Canadiens et lui-même pour aider à libérer les Américains a été minimisé dans le film.

Le thriller de Ben Affleck est largement pressenti pour remporter le prix du meilleur film. Deux autres films en nomination pour la statuette du meilleur film, Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow et Lincoln de Steven Spielberg, ont également été critiqués pour leur représentation de certains faits.

Dans une déclaration transmise vendredi soir, M. Affleck a dit croire que le problème avec M. Taylor avait été résolu.

Le réalisateur a rappelé avoir accepté de narrer un documentaire mettant l'ex-ambassadeur en vedette, et concernant la crise des otages iraniens.

L'ex-président américain Jimmy Carter, en poste lors de la crise, a décrit Argo comme une distorsion complète de ce qui s'est passé.

PLUS:pc