NOUVELLES
22/02/2013 07:18 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Tunisie: Ennahda choisit le ministre de l'Intérieur pour succéder à Jebali

TUNIS, Tunisie - Le parti islamiste au pouvoir en Tunisie a choisi le ministre de l'Intérieur, perçu comme un conservateur loyaliste, pour former le nouveau gouvernement vendredi. Sa nomination est un signe que le parti, Ennahda, est peu enclin à céder aux demandes de l'opposition pour venir à bout de la crise politique qui secoue le pays.

Ali Larayedh, qui a été accusé d'avoir échoué à mettre fin à la violence des musulmans ultraconservateurs lorsqu'il était responsable de la sécurité en Tunisie en tant que ministre de l'Intérieur, a déclaré qu'il commencerait des négociations immédiates sur la formation d'un nouveau gouvernement, selon l'agence de nouvelles étatique TAP.

À la suite de sa première réunion de cabinet, il a indiqué que le nouveau gouvernement devra représenter différentes couches de la société, dont les représentants des mondes séculaires des médias et des arts, ainsi que des prêcheurs, toujours selon TAP. M. Larayedh a 15 jours pour présenter un nouveau gouvernement.

L'assassinat au début du mois du leader de l'opposition Chokri Belaïd a plongé la Tunisie dans sa crise la plus grave depuis le début du printemps arabe il y a deux ans. Le meurtre a mené a des manifestations violentes contre le gouvernement islamiste et à des demandes pour la répression de la violence extrémiste.

Le parti Ennahda a nommé M. Larayedh pour remplacer l'ancien premier ministre Hamadi Jebali. Ce dernier a démissionné parce que son parti avait rejeté sa proposition de former un gouvernement apolitique de technocrates en réponse aux manifestations.

La rupture entre la formation politique et M. Jebali a été interprétée comme un signe du profond désaccord existant entre les factions radicale et modérée du parti.

M. Larayedh, qui a été vivement critiqué pour son incapacité à assurer la stabilité du pays, appartiendrait à l'aile de la formation la moins disposée à collaborer avec les partis laïcs. Sa nomination pourrait rendre la formation d'un gouvernement de coalition encore plus difficile.

Âgé de 57 ans, le nouveau premier ministre a été choisi lors d'une réunion tenue au cours de la nuit, a déclaré à l'Associated Press Moadh Ghannouchi, le fils du fondateur du parti.

M. Larayedh, qui a passé 15 ans derrière les barreaux durant le régime de Ben Ali, a tenté de réformer les forces de l'ordre au cours de son passage au ministère de l'Intérieur. Mais la sécurité est demeurée un problème dans le pays, qui a été le théâtre de plusieurs attentats terroristes commis par des islamistes durant la dernière année, entre autres avec l'assaut sur l'ambassade américaine le 14 septembre en réaction à un film amateur se moquant du prophète Mahomet.

Tard jeudi soir, Ali Larayedh avait annoncé l'arrestation de nombreux suspects en lien avec l'assassinat de Chokri Belaïd, disant que l'enquête progressait rapidement.

Il avait toutefois donné peu de détails et n'avait pu confirmer si les personnes arrêtées étaient les présumés assassins ou qui était derrière le meurtre.

M. Belaïd a été atteint de quatre balles à l'extérieur de sa résidence le 6 février. L'assassinat a provoqué des jours de manifestations et plusieurs Tunisiens tiennent le gouvernement responsable de la mort de l'homme politique.