NOUVELLES
22/02/2013 12:00 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Tunisie: des manifestants salafistes à Sidi Bouzid dénoncent Larayedh

Plusieurs centaines de salafistes ont manifesté vendredi à Sidi Bouzid au lendemain des accrochages qui ont opposé les forces de sécurité à des jihadistes présumés dans cette ville du centre-ouest de la Tunisie, a constaté un journaliste de l'AFP.

Les quelque 700 manifestants ont scandé des slogans contre Ali Larayedh, ministre de l'Intérieur sortant chargé vendredi de former un nouveau gouvernement.

Ils lui reprochent l'intervention des forces de sécurité dans une mosquée pour y pourchasser des salafistes, après un échange de tirs jeudi dans la région de Sidi Bouzid.

"Larayedh tu n'es qu'un lâche, les maisons de Dieu ne sont pas à piétiner", "Larayedh, agent des Américains", ont crié les manifestants agitant les étendards noirs de leur mouvement.

La manifestation a lieu au lendemain des tirs qui ont opposé des policiers à quatre hommes pourchassés après avoir ignoré un contrôle de police au passage de leur voiture dans la localité de Sabbala, à 25 km de Sidi Bouzid, berceau de la révolution tunisienne de 2011.

Les suspects ont pu s'enfuir de la mosquée où ils s'étaient retranchés sous la protection de militants salafistes s'étant interposés pendant la prière du soir.

La police a poursuivi sa traque vendredi, des patrouilles de l'armée et de la gendarmerie appuyées par des hélicoptères ratissaient la région de Sidi Bouzid.

Des armes blanches, des tenues de combat, et du matériel de communication ont été retrouvés dans la voiture criblée de balles et abandonnée par les fuyards, a indiqué à l'AFP une source locale des services de sécurité.

Le cadavre d'un homme a été découvert près de Sabbala, selon cette source qui n'était pas en mesure de préciser si l'homme appartenait au groupe pourchassé.

La région de Sidi Bouzid, berceau du soulèvement qui a renversé le régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, est l'une des régions d'implantation des salafistes, dont certains se déclarent ouvertement jihadistes.

str-Bsh/alf/feb