POLITIQUE
22/02/2013 05:47 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Réclamations de logement: le sénateur Duffy affirme avoir fait une erreur

CP

OTTAWA - Le sénateur conservateur Mike Duffy a admis vendredi qu'il a «peut-être commis une erreur» en réclamant des indemnités pour se loger dans la capitale fédérale, alors qu'il y possède une résidence, et annoncé qu'il rembourserait ces sommes.

M. Duffy s'est présenté vendredi aux studios de la CBC à Charlottetown, capitale de l'Île-du-Prince-Édouard qu'il représente au Sénat. En entrevue, il a tout de suite admis qu'il avait eu tort de réclamer des indemnités de logement.

Il a soutenu que le formulaire et les règlements étaient vagues et portaient à confusion.

«Jusqu'à ce que les règlements soient clairs, et ils ne le sont pas à présent, je ne réclamerai pas d'allocation de logement», a-t-il déclaré.

«C'est devenu une distraction majeure, alors ma femme et moi en avons discuté et avons décidé qu'afin de tourner la page et de mettre ceci derrière nous, nous allons rembourser les allocations de logement reçues pour la maison que nous possédons à Ottawa», a-t-il déclaré.

M. Duffy a fait valoir que la controverse n'avait rien à voir avec son éligibilité à représenter la province de l'Île-du-Prince-Édouard en tant que sénateur.

«Je suis un résidant et je suis apte à être sénateur, j'ai répondu à toutes ces conditions», a-t-il déclaré.

«Il s'agit véritablement d'une question de comptabilité, depuis quand on est ici, depuis quand on est là», s'est-il défendu. Dans un communiqué, il a ajouté qu'il tenait à montrer hors de tout doute qu'il servait la population de sa province.

M. Duffy est au coeur d'une controverse entourant ses indemnités de logement de 33 000 $ touchées depuis 2010, alors qu'il possède déjà une résidence à Ottawa. Les députés de l'opposition se demandent si sa «résidence principale» est vraiment un cottage de Cavendish, à l'Île-du-Prince-Édouard, comme il l'a déjà affirmé — ce qui lui permettrait de demander des indemnités de logement dans la capitale nationale.

La Constitution exige que les sénateurs résident dans la province qu'ils représentent à la Chambre haute.

M. Duffy fait l'objet d'un audit, tout comme ses collègues sénateurs Pamela Wallin, Mac Harb et Patrick Brazeau, concernant leurs demandes d'indemnités pour logement.

Questionnée sur le mea culpa apparent de M. Duffy, la sénatrice Majory LeBreton, leader du gouvernement au Sénat, a affirmé que seul l'audit pourra venir à bout de la controverse.