NOUVELLES
22/02/2013 12:31 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

RDCongo: situation "alarmante" au nord du Katanga (ONU)

La situation sécuritaire et humanitaire au nord du Katanga, une province minière du sud-est de la République démocratique du Congo (RDC), a pris "des proportions alarmantes", a estimé vendredi un haut responsable de l'ONU.

Dans ce territoire, les miliciens Maï-Maï Gédéon et Kata-Katanga ont "accru leurs activités", créant une insécurité croissante et "provoquant dores et déjà une crise humanitaire majeure", a déclaré le patron de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) Roger Meece devant le Conseil de sécurité.

Selon des chiffres du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) cités par M. Meece, "316.00 personnes ont été déplacées au Katanga en raison de l'activité militaire liée à la milice Gédéon et ce chiffre augmente".

La Monusco a "une présence très limitée dans cette zone et des capacités limitées de réaction'" à cette crise, a déploré M. Meece. Il a prédit que "la situation allait probablement se dégrader dans les semaines à venir".

Un porte-parole militaire de la Monusco avait indiqué fin janvier que la sécurité "se détériorait progressivement, particulièrement dans le territoire de Pweto", à environ 300 kilomètres au Nord de Lubumbashi, à la frontière zambienne, faisant état d'accrochages entre les milices et l'armée gouvernementale.

En mars 2009, Gédéon avait été condamné à la peine de mort pour "crimes de guerre, crimes contre l'humanité, mouvement insurrectionnel et terrorisme", commis au Katanga entre 2003 et 2006. Il s'est évadé de prison fin 2011.

La milice Kata-Katanga revendique l'indépendance du Katanga, régulièrement secoué par des velléités sécessionnistes depuis l'indépendance de la RDC en 1960.

avz/rap