POLITIQUE
22/02/2013 05:18 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Marc Garneau serait prêt à rouvrir la Constitution pour réformer le Sénat

CP

OTTAWA - Le candidat à la direction du Parti libéral du Canada Marc Garneau ne craint pas de rouvrir le débat constitutionnel afin de réformer le Sénat.

En entrevue téléphonique à La Presse Canadienne depuis Rimouski, vendredi, il a admis que cette démarche risquait de replonger le pays dans une nouvelle ronde de disputes sur plusieurs questions qui divisent le pays.

Et même si les discussions ne portaient que sur le Sénat, M. Garneau a avoué qu'il pourrait être difficile d'arriver à une entente entre les provinces sur le type de réforme qui devrait être entreprise.

Le candidat a toutefois souligné que les leaders politiques ne devraient pas laisser la peur de l'échec les empêcher d'essayer d'apporter des changements au Sénat, et qu'il était préférable d'essayer que de se contenter du statut quo, une flèche envers le candidat favori, Justin Trudeau.

«Le fait qu'il s'agisse d'une question difficile ne veut pas dire qu'il n'y a pas de solution, et je pense que si l'on aborde la question de la bonne façon, ça peut prendre du temps, mais on pourrait être capable de trouver la solution», a déclaré M. Garneau.

L'ancien astronaute a ajouté que la réforme qu'il avait en tête engloberait l'élection de sénateurs, des limites sur la durée des mandats, une redistribution des sièges pour une représentation plus équitable de chacune des provinces, ainsi qu'un mécanisme pour dénouer les impasses entre la Chambre des communes et un éventuel Sénat élu.

L'enthousiasme des Canadiens pour la réforme ou l'abolition du Sénat a augmenté récemment alors que la Chambre haute fait face à de nombreux scandales.

Aux moins trois sénateurs, les conservateurs Patrick Brazeau et Mike Duffy, ainsi que le libéral Mac Harb, font face à des allégations d'avoir abusé de leurs allocations de logement. M. Duffy a déclaré vendredi qu'il rembourserait volontairement son allocation.

Par ailleurs, des doutes ont été soulevés au sujet de M. Duffy et de sa collègue Pamela Wallin, à savoir s'ils résident véritablement dans la province qu'ils sont censés représenter.

De plus, M. Brazeau a été forcé de prendre congé plus tôt ce mois-ci parce qu'il a été accusé de voies de fait et d'agression sexuelle.

M. Trudeau a déjà déclaré qu'il préférerait améliorer le Sénat actuel, en nommant des sénateurs plus compétents, plutôt que tenter de réformer la Chambre haute.

Dominic LeBlanc, un député du Nouveau-Brunswick et allié de M. Trudeau, a déclaré que la réforme proposée par M. Garneau serait irréaliste.

Mais M. Garneau a soutenu que la suggestion de M. Trudeau revenait au statu quo, et qu'il était contre la nomination discrétionnaire des sénateurs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Les candidats à la chefferie du PLC
Voyez les images