NOUVELLES
22/02/2013 06:28 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Guatemala: aucune preuve de la mort de Joaquin «El Chapo» Guzman n'a été trouvée

SAN VALENTIN, Guatemala - Les autorités du Guatemala n'ont trouvé aucune preuve que le narcotrafiquant mexicain Joaquin «El Chapo» Guzman avait été tué lors d'une fusillade survenue dans le nord du pays, a annoncé vendredi un représentant du gouvernement guatémaltèque.

Le ministre de l'Intérieur Mauricio Lopez Bonilla a déclaré sur les ondes d'une station de radio locale que la nouvelle de la possible mort de Guzman était basée sur les témoignages d'habitants de San Valentin, un village situé près de la frontière mexicaine, mais que les policiers et soldats dépêchés sur les lieux n'avaient découvert aucun signe de lutte.

M. Bonilla s'est excusé du malentendu, disant que les autorités avaient relayé des renseignements provenant de l'État de Peten qui faisaient état d'une scène de crime et d'une victime ressemblant à «El Chapo». Il a ajouté que les recherches n'avaient rien donné pour le moment.

Un photographe de l'Associated Press qui s'est rendu sur place n'a trouvé aucune trace de violence, seulement un point de contrôle où 12 soldats vérifiaient tous les véhicules circulant dans cette zone considérée comme le territoire du cartel de Zeta, plus féroce rival de Joaquin «El Chapo» Guzman.

«El Chapo» dirige le cartel de Sinaloa, le plus puissant réseau de narcotrafic du Mexique, et vit caché depuis son évasion d'une prison mexicaine à bord d'un camion de buanderie en 2001. Il est l'un des fugitifs les plus recherchés au monde et aussi l'un des plus riches puisque le magazine Forbes estime sa fortune à 1 milliard $.

Jeudi, le ministre Bonilla avait annoncé que les autorités enquêtaient pour déterminer si Guzman était l'un des deux hommes abattus dans une région reculée du Guatemala. Le gouvernement s'était cependant rétracté plus tard, soutenant que les informations reçues concernaient uniquement un affrontement rapporté par la population locale.

Le porte-parole du gouvernement, Francisco Cuevas, avait d'abord affirmé en entrevue avec une chaîne de télévision guatémaltèque que deux bandes rivales avaient échangé des coups de feu dans l'État de Peten et qu'au moins deux hommes avaient perdu la vie.

Par la suite, M. Cuevas avait déclaré à une chaîne mexicaine que les forces de sécurité n'avaient toujours pas découvert de corps à l'endroit où se serait déroulée la fusillade.

Il n'a jamais indiqué ce qui avait poussé les autorités à croire que l'une des victimes pouvait être Guzman.