NOUVELLES
22/02/2013 04:46 EST | Actualisé 23/04/2013 05:12 EDT

Dix ans de conflit au Darfour

Dates-clés de la guerre civile au Darfour qui a fait depuis 2003 au moins 300.000 morts dans cette région de l'ouest du Soudan, selon l'ONU - 10.000 selon Khartoum- et plus d'un million de déplacés.

Bien que les violences aient beaucoup régressé, les combats entre les rebelles et l'armée soutenue par des milices, les braquages et violences tribales restent quotidiens.

- 2003: Début du soulèvement au Darfour de groupes non arabes contre le régime de Khartoum. Le 26 février, les rebelles s'emparent du chef-lieu de Gulu (Darfour-Nord). Deux groupes, le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) et le Mouvement/Armée de libération du Soudan (SLM/SLA), réclament une répartition plus équitable du pouvoir et des richesses du Soudan.

Une force africaine (Amis) est déployée l'année suivante.

- 2007: Une force ONU-Union africaine (Minuad) prend le relais de la force africaine mais son déploiement fait face à de nombreux obstacles. Elle compte actuellement plus de 21.000 hommes.

- 2008: Plus de 220 morts dans une attaque sans précédent du JEM, le plus militarisé des groupes rebelles du Darfour, contre Omdurman, ville voisine de Khartoum.

- 2009: La Cour pénale internationale (CPI) lance un mandat d'arrêt contre le président Omar el-Béchir, accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité au Darfour. Un second mandat est délivré en 2010 pour génocide. Six Soudanais sont actuellement poursuivis par la CPI.

- 2010: Après des mois d'accalmie, reprise des combats en fin d'année après la rupture d'un accord signé en 2006 avec une faction du SLM. Plus de 2.300 morts en 2010 (ONU).

- 2011: En septembre, 13 policiers sont tués alors qu'ils tentaient de libérer des otages à Jebel Marra (est du Darfour). Depuis 2009, une trentaine d'étrangers ont été enlevés, la plupart libérés sains et saufs.

En novembre, les principaux groupes armés du Darfour ratifient avec la branche nordiste du SPLM (ex-rébellion sudiste) un document portant sur la création d'un Front révolutionnaire visant à renverser le régime.

- 2012: Le nouveau chef du JEM, Gibril Ibrahim, qui a succédé à son frère tué fin 2011, affirme que son mouvement ne dialoguera pas avec Khartoum et continuera à oeuvrer pour faire tomber le régime d'Omar el-Béchir.

Khartoum accuse le JEM de s'être allié avec le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, et qui soutient, selon Khartoum, des révoltes armées dans le Kordofan-Sud et le Nil Bleu (sud). Juba dément.

- 2013: Plus de cent morts début janvier dans des affrontements entre deux tribus rivales pour le contrôle de mines d'or dans la région de Jebel Amir, dans le Darfour-Nord. Selon l'ONU, l'acheminement de l'aide à quelque 100.000 personnes affectées par les violences est compromise par le difficile accès des travailleurs humanitaires à la région.

bc/feb