NOUVELLES
22/02/2013 07:33 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Des Autochtones boudent une recherche portant sur leur propre santé

Une étude qui doit porter sur la santé des Autochtones vivant dans une région de l'Alberta où des sables bitumineux sont exploités pourrait ne jamais être entreprise.

Les dirigeants de la nation crie de Mikisew ont laissé savoir au ministère de la Santé de l'Alberta qu'ils ne participeraient pas à cette étude. Financée par le gouvernement, celle-ci doit évaluer la santé des Autochtones vivant dans les réserves de Fort Chipewyan et de Fort McKay.

Selon un porte-parole de la nation de Mikisew, George Poitras, le conseil de bande a pris cette décision parce que ses membres ne croient pas que l'étude s'attardera suffisamment à la prévalence du cancer dans les communautés touchées. Plusieurs Autochtones sont convaincus que les contaminants associés à l'exploitation des sables bitumineux du nord de l'Alberta provoquent chez eux un taux anormalement élevé de cancers divers.

George Poitras affirme que la nation Mikisew financera elle-même sa propre étude.

Cependant, John Rigney, de la Première Nation Athabasca Chipewyan, confirme que sa communauté a choisi de participer à la recherche menée par des scientifiques de l'Université de Calgary, et que deux autres bandes autochtones en feront autant.