NOUVELLES
22/02/2013 10:03 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Collisions, quilles, portes des glaces: les leçons du 7e Vendée Globe

Collisions en série, quilles trop fragiles, "portes des glaces" controversées, autant de leçons de la 7e édition du Vendée Globe, achevée vendredi avec l'arrivée du 11e et dernier concurrent, le Franco-italien Alessandro di Benedetto aux Sables-d'Olonne (Vendée).

. Clonage. Deux athlètes de haut niveau, ingénieurs de formation, ont tenu le haut de l'affiche. Le vainqueur, François Gabart (Macif), et son dauphin Armel Le Cléac'h (Banque Populaire) sont des clones presque parfaits. Mêmes études supérieures, même parcours initiatique (dériveur en simple, en double puis Figaro), même filière d'entraînement (Pôle Finistère course au large de Port-la-Forêt), et même façon de naviguer, de réagir face à une situation météo. Les aventuriers sont largués. Les grincheux diront que la course y a perdu de son intérêt... ce que ne pensaient manifestement pas les dizaines de milliers de spectateurs au départ et aux arrivées.

. Quilles trop fragiles. Trois des vingt bateaux au départ ont perdu leur quille: Safran (Marc Guillemot), Virbac-Paprec 3 (Jean-Pierre Dick) et Acciona (Javier Sanso). C'est beaucoup trop et c'est unique. Le point commun est sans doute la fatigue du métal, consécutive aux efforts énormes que les skippers exigent désormais de leurs bateaux. La classe Imoca réfléchit à une modification du règlement et pourrait, lors d'une assemblée générale en avril, imposer des quilles en acier plein en lieu et place de celles en titane, carbone ou creuses en acier soudé.

. Collisions en série. Deux collisions avec des chalutiers ont entraîné des abandons -Groupe Bel (Kito de Pavant) et Bureau Vallée (Louis Burton)- et une troisième -Team Plastique (Alessandro di Benedetto)- a été évitée semble-t-il de justesse avec un porte-conteneurs. Le système AIS (Automatic Identification System) de repérage et d'identification des navires devait pourtant permettre d'éviter ce genre de mésaventures. A condition que tous les navires en soient équipés et s'en servent, ce qui n'est manifestement pas le cas.

. Dessin. Suprématie architecturale du tandem VPLP-Verdier, qui place trois bateaux dans les quatre premiers: Macif (François Gabart), 1er, Banque Populaire (Armel Le Cléac'h), 2e, Virbac-Paprec 3 (Jean-Pierre Dick), 4e. VPLP-Verdier aurait pu monopoliser le podium si Dick n'avait pas perdu la quille de son bateau à 2.600 milles de l'arrivée, l'obligeant à naviguer à petite vitesse jusqu'aux Sables après s'être abrité sur la côte nord de l'Espagne.

. Les "portes des glaces". Elles évitent de mauvaises rencontres mais nuisent à l'aventure puisque les concurrents sont tenus de "remonter" en latitude lorsque des glaces sont repérées. Plus d'échappées à hauts risques dans les 60e degrés de latitude sud. Certains navigateurs sont très critiques. "Quand on a peur des icebergs, on ne fait pas le Vendée Globe", estime ainsi Florence Arthaud. "Le risque existe partout et il n'y a pas eu d'accidents dans le Vendée Globe liés aux icebergs". Mais ces marques de parcours virtuelles n'ont rien retiré à l'intérêt de cette régate planétaire, que les premiers ont disputé comme une Solitaire du Figaro.

. Virtuel. Près d'un demi-million de personnes, dont certaines peinaient sans doute à distinguer un monocoque d'un catamaran avant de se lancer dans la "course", se sont découvertes une passion dévorante pour Virtual Regatta, jeu en ligne simulant le pilotage d'un 60 pieds Imoca autour du monde. Décryptant avec plus ou moins de bonheur les prévisions météo, utilisant au mieux leur jeu de voiles, elles ont (elles aussi) vécu intensément le Vendée Globe.

heg/gf/ep