NOUVELLES
22/02/2013 06:54 EST | Actualisé 24/04/2013 05:12 EDT

Boeing proposerait une solution pour les batteries de ses 787, selon AP

WASHINGTON - L'avionneur Boeing a tenté vendredi de franchir une importante étape vers la remise en vol de ses 787 Dreamliner en proposant une solution pour les batteries de ses appareils qui pourrait être en vigueur dès avril, selon des responsables du Congrès américain.

Reste à savoir si l'administration fédérale de l'aviation (FAA) acceptera de laisser voler les avions même si la source d'un incendie de batterie sur un avion et celle d'un échappement de fumée dans celle d'un autre appareil restent inconnues.

Une équipe de Boeing dirigée par son chef de la direction, Ray Conner, a présenté son plan au patron de la FAA, Michael Huerta. Les avions, les plus récents de Boeing et les plus sophistiqués du point de vue technologique, sont cloués au sol depuis la mi-janvier.

Le plan prévoit certaines modifications aux batteries au ion-lithium afin de s'assurer que tout court-circuit qui pourrait entraîner un incendie ne puisse pas se déplacer d'une cellule de batterie à une autre, ont indiqué les responsables. Cela serait réalisé en renforçant l'isolation de céramique autour de chacune des huit cellules des batteries. Le but n'est pas seulement de contenir les courts-circuits, mais aussi de prévenir les claquages thermiques, des réactions chimiques qui font grimper progressivement la température.

Les changements augmenteront la taille des batteries, ce qui exigera aussi qu'elles soient contenues dans de plus gros compartiments. Ces nouveaux compartiments seraient plus robustes et mieux isolés, ont précisé les responsables.

Le plan de Boeing nécessiterait certains essais et une re-certification partielle de la sécurité des batteries, ont précisé les responsables, qui ont divulgués ces détails à la condition de conserver leur anonymat, puisqu'ils n'étaient pas autorisés à parler publiquement de ce dossier.

Les essais et la nouvelle certification prendraient du temps et les ingénieurs estiment que le tout pourrait être complété en avril au plus tôt. Mais même une fois cette étape franchie, il faudra encore attendre avant que les avions ne puissent redécoller. Boeing devra en effet envoyer des équipes chez sept transporteurs dans six pays pour modifier les appareils.