NOUVELLES
21/02/2013 10:10 EST | Actualisé 23/04/2013 05:12 EDT

Un an après la «prière» anti-Poutine, une membre de Pussy Riot ne regrette rien

MOSCOU - Un an après que les membres du groupe de musique Pussy Riot eurent mis en scène une «prière» contre le président russe Vladimir Poutine dans la principale cathédrale de Moscou — un geste de défiance qui a entraîné leur emprisonnement — une d'entre elle, libérée avant ses consoeurs, a affirmé jeudi n'avoir aucun regret.

Yekaterina Samutsevich a indiqué à l'agence Associated Press qu'elle était contente que la performance punk ait sensibilisé les Russes aux liens qui existent entre l'Église orthodoxe et le gouvernement russe.

Lors d'un entretien à l'extérieur de la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, Mme Samutsevich a estimé que plusieurs personnes qui n'étaient pas au courant du problème dans la société et dans l'église russe étaient maintenant mieux informées.

Mme Samutsevich et ses amies Nadezhda Tolokonnikova et Maria Alekhina ont effectué le 21 février 2012, à la cathédrale, leur numéro à l'improviste dans lequel elles imploraient la vierge Marie d'évincer Vladimir Poutine de la Russie.

Le geste d'éclat a provoqué la colère de certains fidèles orthodoxes et du patriarche Kirill, même si plusieurs croyants ont plaidé pour la clémence envers les musiciennes.

Les trois femmes ont été condamnées à deux ans de prison chacune pour «hooliganisme» motivé par la haine religieuse, un verdict qui a causé des manifestations à travers le monde pour dénoncer l'intolérance de la Russie envers la dissidence. Mme Samutsevich a été libérée, sa sentence ayant été suspendue par la cour d'appel de Moscou.

Les membres du groupe ont insisté pour dire que leur performance ne visait pas la religion, mais qu'elle exprimait plutôt une inquiétude quant aux liens de plus en plus serrés entre l'Église et le gouvernement.

Mme Samutsevich a été libérée en octobre. Elle avait congédié les trois avocats qu'elle partageait avec ses amies pour en engager un autre qui a fait valoir qu'elle avait été jetée hors de l'église par des gardiens avant qu'elle ne puisse se joindre à ses consoeurs dans leur performance.

La musicienne a indiqué jeudi qu'avec le recul, elle aurait fait la même chose, mais en se préparant mieux pour leur la défense en justice.