NOUVELLES
21/02/2013 09:38 EST | Actualisé 23/04/2013 05:12 EDT

Tunisie: Ennahda s'apprête à désigner un Premier ministre

Le parti islamiste tunisien Ennahda, au pouvoir, s'apprêtait jeudi à trouver un successeur au Premier ministre Hamadi Jebali, son numéro deux, dont la démission a approfondi la crise dans le pays et divisé sa propre formation politique.

La réunion du Majlis al-Choura, l'instance consultative d'Ennahda doit débuter à 18H00 (17H00 GMT) a indiqué le porte-parole du parti, Néjib Gharbi, sans mentionner M. Jebali parmi les candidats au poste.

"On n'a rien décidé jusqu'ici mais il y a quatre candidats au poste de Premier ministre, Ali Larayedh (actuel ministre de l'Intérieur), Mohamed Ben Salem (ministre de l'Agriculture), Noureddine Bhiri (ministre de la Justice) et Abdellatif Mekki (ministre de la Santé)", a indiqué M. Gharbi.

Auparavant, un dirigeant d'Ennahda, Houcine Jaziri, a affirmé que M. Jebali était sur les rangs, "tout comme d'autres dirigeants de premier plan" du parti.

Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste, a déclaré mercredi que les contacts se poursuivaient avec M. Jebali pour le convaincre de succéder à lui-même et l'un des candidats, a souligné jeudi que si le Premier ministre décide de rester il sera confirmé par Ennahda.

M. Jebali a démissionné après le rejet de son parti de l'idée d'un gouvernement de technocrates apolitiques, avancée le 6 février, le jour même de l'assassinat de l'opposant de gauche et acerbe critique des islamistes, Chokri Belaïd, qui a aggravé la crise politique dans le pays.

Mais il a laissé la porte entrouverte à sa reconduction à laquelle il a posé des conditions comme la fixation d'une date pour les élections générales et la formation d'un cabinet qui ne fasse pas l'objet de tiraillements politiques.

"L'affaire est entre les mains du Majlis al-Choura et de M. Jebali", a dit sur la radio Mosaïque FM, Noureddine Bhiri. "La décision de Hamadi Jebali se fait attendre, s'il accepte la proposition d'Ennahda d'être reconduit, il sera son candidat", a-t-il déclaré.

Si M. Jebali décline la proposition, "que le candidat soit Noureddine Bhiri ou un autre, ce n'est pas important car le mouvement regorge de compétences", a-t-il ajouté.

M. Bhiri a obtenu le plus grand nombre de voix lors d'un vote du Majlis al-Choura sur les candidats potentiels au poste de Premier ministre la semaine dernière. Il était suivi dans l'ordre par Ali Laarayedh, Mohamed Ben Salem et Abdellatif Mekki, selon Mosaïque FM.

Le quotidien Le Temps souligne qu'Ennahda est devant un choix difficile.

"Va-t-il se plier aux conditions de son secrétaire général (Hamadi Jebali) et prendre en considération le capital de confiance dont il jouit auprès de l'opposition démocratique et de l'opinion publique? Ou bien opter pour une personnalité de son aile dure au risque d'attiser les tensions et d'enfoncer encore le pays dans la crise?", écrit le journal dans un éditorial.

Avec 89 députés à l'Assemblée nationale constituante (ANC), Ennahda peut avoir assez facilement une coalition de 109 élus sur 217 pour faire approuver le cabinet mais le parti tente de trouver un consensus le plus large possible.

Dans l'opposition, le camp favorable à une reconduction de M. Jebali ne cesse de se renforcer d'autant plus que son idée de cabinet d'apolitiques trouve un écho favorable chez ceux qui veulent retirer à Ennahda les ministères régaliens et notamment celui de l'Intérieur.

Deux ans après la révolution, l'ANC n'est toujours pas parvenue à rédiger une Constitution, et les problèmes du chômage et du développement des régions défavorisées, à l'origine de la révolte qui a chassé du pouvoir l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, n'ont pas trouvé un début de solution.

L'insécurité et les problèmes sociaux empêchent une relance réelle de l'économie tandis que la montée des salafistes, responsables de plusieurs coups d'éclat violents, fait craindre une explosion de violences.

La découverte d'une cache d'armes et l'arrestation de treize suspects de la mouvance salafiste annoncées jeudi, viennent de rappeler ce risque.

mh/Bsh/hj