DIVERTISSEMENT
21/02/2013 02:32 EST | Actualisé 21/02/2013 02:41 EST

«Roche papier ciseaux» au RCVQ: trois gars, trois destins rassemblés dans un film (PHOTOS)

Filmoption international

Les 31es Rendez-vous du cinéma québécois (RCVQ) commencent aujourd’hui avec, en film d’ouverture, le premier long métrage du réalisateur Yan Lanouette Turgeon, Roche papier ciseaux. Une fable noire qui met en vedette Roy Dupuis, le rappeur d’origine algonquine Samian, Remo Girone et Roger Léger.

Roche papier ciseaux, c’est d’abord trois destins incarnés par trois hommes aux âges et aux trajectoires de vie bien différentes, mais guidés par une même espérance. Il y a tout d’abord Boucane (Samian). Le jeune autochtone quitte sa réserve de la Baie-James pour aller s’installer à Montréal avec des rêves plein la tête. En chemin, il rencontre Normand (Roger Leger), un ancien caïd de seconde main qui s’affaire dorénavant à de la petite combine.

On suit également l’histoire touchante du vieil Italien Lorenzo (Remo Girone). Il vit dans le dénuement avec sa femme mourante qui voudrait bien retourner en Italie, le pays de ses origines. Pour y arriver, il accepte le jeu dangereux que lui propose un membre de la mafia chinoise. On l'appâte avec une belle somme d’argent, mais, pour la gagner, il devra participer à une sorte de roulette russe à saveur pharmaceutique.

Et enfin, voilà Vincent (Roy Dupuis), un médecin radié qui travaille en sous-main pour la pègre chinoise. Il n’en peut plus, mais au fond de lui, il sait très bien qu’on ne quitte pas la mafia sans mettre sa vie en péril. Pourtant le jeune Boucane, le vieux Lorenzo et Vincent l’ex-médecin sont intimement liés et c’est durant une éclipse lunaire que leur existence va radicalement changer.

Le film nous plonge donc dans l’univers de la pègre chinoise de Montréal. Une œuvre difficile à classer, qui vacille entre le polar et le film de gangsters. «C’est André Gulini qui m’a proposé le titre Roche papier ciseaux. Au départ, on voulait faire trois histoires indépendantes et puis on a vite compris qu’on devait en faire un film. Il nous suffisait de trouver ce qui pouvait relier les trois personnages principaux. Ce qui a été plus facile à dire qu’à faire», déclare en riant Yan Lanouette Turgeon.

Un film aux multiples influences

Le réalisateur et son scénariste André Gulini se sont connus lors de leurs études à l’INIS. Ils ont travaillé ensemble sur plusieurs projets, dont la fameuse websérie 11 règles. Ils ont aussi réalisé Papillons noirs et Le revenant, deux courts métrages acclamés un peu partout à travers le monde. «On voulait réaliser ensemble notre premier long métrage. On y a mis beaucoup de notre amour du cinéma, et en particulier des cinéastes que j’admire beaucoup comme Alejandro González Iñárritu ou les frères Cohen», déclare-t-il.

D’ailleurs, le film est truffé de petits clins d’œil cinématographiques. Le principe de la roulette russe, qui a tant marqué les esprits dans The Deer Hunter de Michael Cimino, est repris ici par l’injection hasardeuse de médicaments. Et la séquence où Boucane apprend à tirer sur des bouteilles nous renvoi au Temps d’une chasse de Francis Mankiewicz. «Mon film est un véritable hommage à toutes ces œuvres», concède le réalisateur.

Il aura fallu huit ans de réécriture et de patience pour que Roche Papier Ciseaux voie enfin le jour. «Je suis content d’avoir pu le réaliser. Les institutions ont accepté de financer le film grâce, entre autres, à la participation de Roy Dupuis, », précise-t-il.

À la lecture du scénario, Dupuis a tout de suite embarqué dans l’aventure. «J’ai aimé que l’histoire du film commence dans le Grand Nord avec un Amérindien, pour rentrer progressivement à Montréal, une ville devenue aujourd’hui cosmopolite et dans laquelle chacun essaye de s’en sortir comme il peut. C’est une œuvre audacieuse qui possède une véritable poésie», déclare l’acteur.

Roy Dupuis joue un médecin plutôt silencieux et en retrait. «Il voudrait bien partir et oublier ses liens avec la mafia. Malheureusement, sa blonde attend un enfant et il ne veut pas les sacrifier», raconte-t-il.

Le jeune autochtone est interprété par le rappeur Samian. «J’ai appris, quatre ans après ma rencontre avec le réalisateur, que le récit de mon personnage s’inspire directement de ma propre vie», dit-il. En effet, comme Boucane dans le film, Samian a quitté plus jeune la communauté de Pikogan pour aller tenter sa chance à Montréal. «Avant de devenir chanteur, j’ai été cuisinier, alors je sais ce que c’est que de partir avec seulement un sac sur le dos».

Cette première expérience comme acteur n’a pas été de tout repos. «Pour les besoins du film, j’ai dû perdre 30 livres. D’un point de vue de l’interprétation, j’ai énormément appris au contact des autres acteurs. Maintenant, je pourrais dire que j’ai joué dans un film avec Roy Dupuis et Roger Léger», lance-t-il.

Roche papier ciseaux – Filmoption international – Drame – 115 minutes – Sortie en salles le 22 février 2013 – Canada, Québec.

Merci à www.zabmag.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Roche papier ciseaux»