NOUVELLES
21/02/2013 07:11 EST | Actualisé 23/04/2013 05:12 EDT

Mali- les combats se poursuivent à Gao, le palais de justice en flammes

Les combats qui ont impliqué dans la nuit de mercredi à jeudi des islamistes armés infiltrés à des soldats africains, se poursuivaient jeudi à la mi-journée dans le centre de Gao (nord-est du Mali) où le palais de justice était en flammes, a constaté une correspondante de l'AFP.

Après avoir impliqué dans la nuit des soldats nigériens, les combats de la mi-journée opposaient des soldats maliens à "une quarantaine d'islamistes" venus de villages proches de Gao, selon une source militaire malienne à Gao. Ils ont lieu près de la mairie et du palais de justice, selon la correspondante de l'AFP, mais également aux entrées Nord et Sud de la ville.

Le marché principal a été fermé et les rues étaient désertées par les habitants, a-t-elle constaté.

"Nos troupes font face actuellement aux jihadistes vers la mairie de Gao. Ils ont infiltré la ville, nous ripostons actuellement", a déclaré le capitaine Amadou Diarra de l'armée malienne, interrogé par l'AFP depuis Bamako.

Des tirs à l'arme lourde avaient été entendus pendant plusieurs heures dans la nuit de mercredi à jeudi à Gao, aux entrées Nord et Sud de la ville.

Trois islamistes ont été tués pendant ces combats avec les soldats nigériens, selon la source militaire malienne de Gao.

Gao, située à 1.200 km au nord-est de Bamako, a été reprise aux islamistes armés liés à Al-Qaïda le 26 janvier par les soldats français et maliens.

Les 8 et 9 février, la ville a été le théâtre des deux premiers attentats-suicides de l'histoire du Mali, commis par deux kamikazes morts en se faisant exploser contre un poste de contrôle de l'armée malienne.

Le lendemain, de violents combats de rue ont eu lieu dans le centre de la ville entre des soldats français et maliens et des combattants jihadistes infiltrés dans la ville, qui ont fait au moins cinq morts et 17 blessés.

bur-stb/mrb/jpc