NOUVELLES
21/02/2013 07:17 EST | Actualisé 23/04/2013 05:12 EDT

L'INO inquiète des résultats du Sommet sur l'enseignement supérieur

À quatre jours du Sommet sur l'enseignement supérieur, le président-directeur général de l'Institut national d'optique, Jean-Yves Roy, s'inquiète de ses conclusions pour la recherche dans la région de Québec, un secteur déjà touché par les compressions.

Dans une lettre ouverte envoyée aux médias, Jean-Yves Roy déplore l'absence des centres de recherche à vocation industrielle et le peu de représentants du secteur de la recherche universitaire au Sommet organisé par le gouvernement. « Pourquoi autant d'acteurs reliés à la recherche universitaire sont-ils si peu présents au Sommet? Pourquoi les centres de recherche à vocation industrielle (...) ont-ils été ignorés des consultations pré-Sommet et non invités au Sommet lui-même? », s'inquiète-t-il.

Après avoir annoncé des compressions de 63 millions de dollars dans le secteur de la recherche l'automne dernier, le gouvernement Marois a annoncé plus tôt ce mois-ci qu'il réinvestissait 26,5 millions de dollars dans les grands fonds de recherche de la province.

En entrevue au Téléjournal Québec, Jean -Yves Roy reconnaît l'effort du gouvernement mais demeure inquiet. « J'espère que le gouvernement actuel pourra changer son fusil d'épaule et que les décisions qui vont se prendre au Sommet ne se feront pas sur le dos de la recherche elle-même », affirme-t-il.

L'Institut national d'optique, qui compte plus de 200 employés, se décrit comme le plus grand centre d'expertise en optique/photonique au pays. Il est également à l'origine de la création de 28 entreprises qui emploient plus de 1000 personnes.

Jean-Yves Roy estime que des compressions en recherche auront des impacts sur la région de Québec, puisque son économie repose sur le savoir. « On a per capita la ville qui compte le plus grand nombre de chercheurs. Si on commence à jouer dans la recette, il est évident que les résultats qu'on va obtenir dans quelques années vont être extrêmement décevant », déplore-t-il.

Voici la lettre ouverte envoyée aux médias

En moins de 20 ans, la région de Québec est passée d'une économie essentiellement basée sur la présence de la fonction publique et le tourisme à une économie dominée par le savoir et la création de valeur.

Le consensus autour du démarrage du Parc technologique ainsi que les efforts faits pour y attirer des chercheurs et des centres de recherche de classe mondiale, particulièrement en optique/photonique, en sciences de la vie, en technologie de l'information, en divertissement vidéo et multimédia, ont fait de notre région l'une des plus prospères au pays.

Avec un taux de chômage de 4,6 %, la Ville de Québec vit le plein emploi. De plus, une étude menée par Québec International place Québec en tête de toutes les villes canadiennes quant au nombre de chercheurs per capita.

Ce relèvement du niveau de richesse de la région est un des éléments qui a contribué à l'émergence de projets d'envergure, entre autres dans les domaines sportif et culturel.

Cette recette qui a si bien fonctionné depuis 20 ans, la Ville de Québec et son maire continuent d'y croire très fermement. À témoin, l'entente signée le 14 février dernier avec l'INO pour financer le démarrage d'un programme d'entrepreneur en résidence destiné d'ici cinq ans à créer dix (10) nouvelles entreprises à partir de technologies développées par l'INO et dont le siège social sera ici, dans la ville de Québec.

Rappelons que l'INO est à l'origine de la création de 28 entreprises depuis ses débuts, lesquelles emploient plus de 1000 personnes bien rémunérées.

Malheureusement, les décisions récentes du gouvernement du Québec ne montrent pas une volonté aussi évidente de poursuivre dans cette direction. Nous nous en inquiétons.

Les coupes dans les budgets de recherche universitaire ont jeté un doute sérieux sur les intentions du gouvernement quant à la mise en place d'un véritable climat favorisant la création de valeur et le positionnement concurrentiel du Québec.

Plusieurs questions demeurent sans réponse :

? Pourquoi avoir sabré dans les investissements en recherche avant même la tenue du Sommet ?

? Pourquoi autant d'acteurs reliés à la recherche universitaire sont-ils si peu présents au Sommet ?

? Pourquoi les centres de recherche à vocation industrielle qui relèvent du ministère de l'Enseignement supérieur depuis septembre 2012 ont-ils été ignorés des consultations pré-Sommet et non invités au Sommet lui-même ? Quel sort attend ces centres de recherche à vocation industrielle ?

? Les résultats du Sommet conduiront-ils à la détermination des sommes disponibles pour appuyer l'innovation en l'absence même des acteurs qui génèrent cette innovation et qui ont été les premiers contributeurs à la situation enviable dont jouit la région de Québec ?

Il a fallu deux décennies de détermination, de consensus, d'imagination et de persévérance pour y arriver. Des coupures stratégiquement mauvaises pourraient tout compromettre...

JEAN-YVES ROY, président-directeur généralInstitut national d'optique (INO)