DIVERTISSEMENT
21/02/2013 02:01 EST | Actualisé 21/02/2013 02:03 EST

Catherine Frot en visite à Montréal (ENTREVUE/PHOTOS)

Ismael Houdassine

C'était l'avant-première, mardi soir, du film Les saveurs du palais au centre-ville de Montréal. Avec une présence remarquée, celle de l'actrice française Catherine Frot qui incarne la cuisinière en chef de l'Élysée durant les années mitterrandiennes. Entrevue.

Très souriante l'actrice, qui est maintenant la mieux payée du cinéma français, était accompagnée de Danièle Mazet-Delpeuch, véritable inspiration du film et cuisinière auprès de François Mitterrand de 1988 à 1990.

Même si le film n'a été que partiellement tourné à l'Élysée (deux jours sur l'ensemble du tournage), Frot s'est dite impressionnée par la salle de réception dans laquelle plusieurs scènes ont été tournées, et reconnait avoir trouvé beaucoup d'inspiration dans la personnalité de Mazet-Delpeuch.

«J'ai apprécié son caractère, sa forte personnalité et toutes ses facettes intérieures qui m'ont intriguée. C'est tout un personnage. J'ai été véritablement habitée par elle», a-t-elle souligné lors du tapis rouge.

Frot n'est pas une bonne cuisinière... mais est bien gourmande

Dans Les saveurs du palais, on suit donc l'aventure hors du commun de Hortense Laborie, cuisinière réputée vivant dans le Périgord français et qui, du jour au lendemain, se voit nommée responsable des repas personnels au palais de l'Élysée.

«Je ne suis pas une très grande cuisinière toutefois, mais je suis très gourmande. J'ai aimé interpréter un personnage capable de cuisiner des choses délicieuses avec une telle simplicité», a estimé Mme Frot.

D'ailleurs, selon elle, les gens veulent de plus en plus retourner à une cuisine d'artisan avec de bons produits.

«Les gens veulent retrouver leur patrimoine culinaire. Ils ont retrouvé le goût de bien manger. Et ils ont aussi découvert que bien manger, c'est se retrouver autour d'une table et de parler, d'avoir une forme de convivialité. Même si ce concept a été mis à mal, on se rend compte qu'on ne veut pas le perdre».

Le philosophe d'Ormesson en Mitterrand

Face à elle pour lui donner la réplique, l'écrivain et philosophe Jean d'Ormesson campe un chef de l'État accessible et adepte des bonnes choses à l'image de Mitterrand.

La collaboration entre d'Ormesson qui «avait le désir caché de devenir acteur» et l'actrice fut un moment intéressant. «C'est un monsieur qui est curieux de tout... Il était parfait», souligne Frot.

L'actrice, qui en est à sa deuxième visite à Montréal, reprendra son avion très vite pour la France, car, vendredi soir, une cérémonie des plus importantes l'attend. En effet, pour ce rôle d'Hortense Laborie, elle a obtenu une neuvième nomination aux Césars.

«C'est un personnage qui m'a beaucoup touchée qui m'a apporté de nouvelles dimensions. Je suis allée fouiller autre chose. Donc je suis fière d'y être nommée pour ce film-là», a-t-elle conclu.

Les saveurs du palais – Métropole Film Distribution – Comédie dramatique – 95 minutes – Sortie en salles le 1er mars 2013 – France.

Merci à www.zabmag.com.

INOLTRE SU HUFFPOST

«Les saveurs du palais»