NOUVELLES
20/02/2013 10:04 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

Skieur disparu en Gaspésie : sentiment d'urgence avant la tempête

Les recherches terrestres reprennent ce matin pour retrouver un skieur disparu depuis dimanche dans le parc de la Gaspésie.

Bertrand Marcotte, 36 ans de Pont-Rouge, manque à l'appel depuis dimanche. Sa disparition n'a pu être signalée que lundi soir en raison des mauvaises conditions climatiques et de l'absence de communication cellulaire dans le parc. Depuis, les équipes de recherche s'activent pour le retrouver.

Six motoneigistes de la SQ et des employés de la SEPAQ parcourent le territoire dans des conditions très difficiles en raison des fortes précipitations de neige tombées depuis dimanche. Certains secteurs du parc ont reçu jusqu'à 120 cm de neige.

Mardi soir, un deuxième hélicoptère de la Sûreté du Québec est venu prêter main-forte à l'équipe de recherche. L'appareil a survolé le parc cette nuit à la recherche de la lueur d'une lampe ou d'un feu. Sans résultat. Les policiers ont aussi fait appel à des maîtres-chiens qui sont déjà sur place.

Les risques d'avalanche sont jugés considérables à élevés dans les secteurs alpins du parc. Selon Dominique Boucher du Centre d'avalanches de la Haute-Gaspésie, les alentours des mines Madeleine ne sont pas jugés à risques élevés. Toutefois, il indique que de petites avalanches ont été observées dans le secteur, mardi.

Une autre tempête

Les secouristes travaillent sous la menace d'une autre tempête hivernale. De 40 à 70 cm de neige ainsi que des vents de 40 à 90 km/heure sont attendus au cours de la journée.

Toute cette neige, qui doit tomber au cours des prochaines heures, devrait à nouveau accroître les risques d'avalanche dans l'ensemble du massif des Chic-Chocs, selon Dominique Boucher.

De l'aveu du porte-parole de la SQ, le sergent Claude Doiron, cette tempête viendra compliquer les recherches, notamment les survols en hélicoptère qui devront sans doute être interrompus. Les patrouilles à motoneige devraient toutefois se poursuivre.

Bertrand Marcotte était en compagnie de cinq autres personnes lorsqu'il est parti dimanche matin en direction des mines Madeleine où le groupe avait loué un refuge. Pour une raison inconnue, l'homme a poursuivi sa route seul et n'est jamais arrivé au campement.

L'homme a les yeux noirs, est mince et porte les cheveux bruns courts. Il mesure 1,85 m. Au moment de sa disparition, il portait un anorak couleur orange, une tuque noir, des pantalons noirs et un sac à dos.

La Sûreté du Québec a demandé aux randonneurs qui accompagnaient le disparu de demeurer dans le refuge où il devait les retrouver. De la nourriture et de l'équipement leur ont été fournis.