NOUVELLES
20/02/2013 05:09 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

Pierre Lapointe lance «Punkt», avec toujours ce désir de réinventer la chanson

MONTRÉAL - Pierre Lapointe poursuit dans sa volonté d'exploration aux frontières de la pop, avec «Punkt».

Son nouvel album fera l'objet d'un lancement mardi prochain à Montréal, en compagnie de 40 musiciens. Percussions, instruments à vent et à cordes se marient encore sous la coupe des comparses arrangeurs et réalisateurs Philippe B. et Guido Del Fabro.

L'auteur-compositeur a dit en entrevue, mercredi, avoir voulu avec «Punkt» pousser encore plus loin son leitmotiv depuis ses débuts, soit de faire une «espèce de pont entre une recherche musicale et un créneau très populaire».

Une surprise attend l'auditeur dès les débuts, avec un air repris de l'émission pour enfants «Sesame Street». La pièce suivante, «L'étrange route des amoureux», Pierre Lapointe dit l'avoir enregistrée avec quelques musiciens dans une cuisine lors d'une séance bien arrosée, avant d'y ajouter la partition d'un ensemble de cordes réuni en studio.

«Au moment où j'écris, il n'y a pas une réflexion poussée. Ce qui est intéressant, c'est d'amener ces éléments bruts ailleurs», explique l'auteur-compositeur.

Il avait songé à appeler l'album «Pop», mais trouvait le terme trop rempli de «connotations». Il a donc opté pour «Punkt», le nom d'une défunte galerie d'art dans le Mile-End à Montréal et le mot «point» en allemand — «un poing dans la gueule, un poing sur la table».

Pierre Lapointe dit avoir souhaité traduire dans ses chansons le fait d'une culture d'avant-garde qui en est venue à être cristallisée dans la culture populaire. Il évoque à ce propos les impressionnistes, les cubistes ou le dessinateur, dramaturge et cinéaste Jean Cocteau.

Intéressé par les arts visuels, l'avant-garde en mode, en design ou en danse, il espère insuffler un peu de ce monde dans ses chansons.

«Je ne révolutionne rien, je ne suis pas dans l'avant-garde. Mais en ayant cette démarche-là dans mes chansons et en ayant aussi la capacité de monopoliser l'attention des médias, je me retrouve un peu entre les deux. Je trouve intéressant de jouer entre les deux camps», fait-il valoir.

Il dit ne pas savoir si son album sera «le mieux reçu ou le moins bien reçu», mais espère que les gens sauront apprécier la rigueur de sa démarche.

«C'est naturellement devenu un cri de liberté, un disque qui n'est pas selon moi à la mode ou dans une tendance particulière», a-t-il soutenu.

Mardi prochain, Pierre Lapointe veut une prestation la plus fidèle possible aux arrangements de ses collaborateurs, mais retournera sur la table à dessins en vue d'une tournée devant s'amorcer l'automne prochain.

Pierre Lapointe croit aussi aller à contre-courant en chantant en français. «Il y a plusieurs façons d'ouvrir les frontières autres que de chanter en anglais, lance-t-il. Il faut assumer ce qu'on est au quotidien, être là où on est, même dans notre création.»