Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas un mot à l'USADA

Lance Armstrong n'ira pas témoigner sous serment devant l'Agence antidopage américaine (USADA). Un exercice servant à « démoniser certaines personnes », croit-il.

Le cycliste américain avait jusqu'à mercredi pour donner sa réponse aux dirigeants de l'USADA. Armstrong devait absolument collaborer avec l'organisme pour obtenir une révision de sa suspension à vie.

Après plus de deux mois de négociations, l'avocat d'Armstrong, Tim Herman, a avisé que son client n'allait pas participer à cette procédure. Toutefois, Armstrong a mentionné qu'il était prêt à participer à un effort international de nettoyage du cyclisme.

« Nous pensions qu'il allait collaborer, a admis le président de l'USADA Travis Tygart, mais il craignait des complications au criminel. La presse nous apprend aujourd'hui qu'il ne viendra pas expliquer ses torts. »

Rappelons que Lance Armstrong a nié pendant plus de 10 ans s'être dopé, mais a finalement dû tout avouer après la publication du rapport de l'USADA détaillant ses méthodes de dopage.

Armstrong fait aujourd'hui l'objet de plusieurs poursuites au civil.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.