NOUVELLES
20/02/2013 07:53 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

N.É.: les pères des pêcheurs disparus en mer veulent que le bateau soit retrouvé

WOODS HARBOUR, N.-É. - Les pères de deux jeunes pêcheurs de la Nouvelle-Écosse, disparus en mer lundi, ont lancé un appel chargé en émotions au gouvernement canadien pour que le bateau de leurs fils soit retracé.

Stephen Nickerson et George Hopkins ont soutenu, mercredi, que le navire, le Miss Ally, pourrait toujours contenir les corps de leurs fils et des trois autres membres d'équipage. Des éléments de réponses expliquant pourquoi l'embarcation n'a pu résister aux violentes vagues de dimanche soir pourraient aussi y être relevés, ont-ils déclaré.

Le navire de 13 mètres a chaviré dimanche soir au large de la côte sud-ouest de la Nouvelle-Écosse alors qu'il était ballotté par des vagues de 10 mètres et fouetté par des vents violents. Mercredi matin, les autorités annonçaient l'abandon des recherches.

MM. Nickerson et Hopkins ont déclaré que le temps pressait, priant les secouristes de retrouver le Miss Ally au plus vite.

«Si mon fils est sur ce bateau, je veux le ramener à la maison. Je pense qu'il y est, et je crois que des efforts devraient être mis en oeuvre pour le retracer», a lancé M. Nickerson, dont le fils Cole figure parmi les cinq disparus.

Stephen Nickerson a raconté avoir demandé aux Forces canadiennes qu'une opération de sauvetage soit déployée. Or, on lui a répondu que l'affaire avait été transférée à la Gendarmerie royale du Canada, en charge des dossiers de personnes disparues.

«Il semble qu'ils n'aient pas l'intention de faire quoique ce soit. Ils ont annoncé la fin des recherches et ont transmis le dossier à la GRC. C'est tout. C'est tout ce qu'ils feront. Nous sommes en colère. Il faut pousser plus loin», a poursuivi M. Nickerson, lui-même pêcheur depuis 35 ans.

George Hopkins a abondé dans le même sens, soutenant qu'il était important, pour que les familles puissent faire leur deuil, d'avoir le sentiment que tout ait été fait pour retrouver leurs enfants.

«Nous avons besoin de savoir s'il y a des corps sur le bateau. Ces jeunes étaient importants pour moi, et ils l'étaient pour notre communauté», a dit M. Hopkins.

Opération de sauvetage possible

Le major Martell Thompson, du Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage de Halifax, a indiqué que les conditions météorologiques ne permettaient pas un remorquage sécuritaire du bateau dans l'immédiat.

De son côté, le caporal de la GRC Scott MacRae a reconnu que la situation était extrêmement difficile pour les familles, ajoutant que le corps policier avait une bonne idée de l'emplacement du Miss Ally. Selon le caporal, des discussions sont en cours pour déterminer si une opération de sauvetage devrait ou non avoir lieu.

Deux navires de la Garde côtière et cinq avions ont parcouru plus de 18 000 kilomètres carrés d'océan dans le cadre de ces recherches, qui avaient débuté dimanche soir.

Des gens de la communauté de Woods Harbour ont apporté de la nourriture aux cinq familles éprouvées, et se sont mobilisés autour d'elles pour apporter leur soutien. Des centaines de personnes ont participé à une veillée de prière à la petite église locale, où cinq bougies ont été allumées devant l'église.