DIVERTISSEMENT
20/02/2013 02:01 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

Honoré à l'Assemblée nationale: Étienne Drapeau ému

Agence QMI

Étienne Drapeau a vu son engagement social être souligné à l’Assemblée nationale du Québec, samedi dernier. Le chanteur, qui s’implique depuis quatre ans auprès de l’organisme Une route sans fin, lequel s’affaire chaque année à organiser un défi sportif, une randonnée à bicyclette, pour les jeunes issus de milieux défavorisés, a reçu une médaille du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II des mains du lieutenant-gouverneur du Québec, Pierre Duchesne. Un honneur qui a évidemment ravi l’auteur-compositeur-interprète.

« Ça m’a énormément surpris, s’est réjoui ce dernier. C’est mon père, qui est aussi mon gérant, qui m’a annoncé la nouvelle, vendredi dernier. Il est allé chercher le courrier et il y avait un message disant que j’allais être honoré le lendemain.

L’Assemblée nationale, c’est impressionnant. Je sais que, dans le passé, cette distinction a été remise à Sidney Crosby, Marina Orsini, Simple Plan… Justin Bieber l’a aussi reçue en salopettes, récemment… (rires) C’est un bel hommage. »

Étienne est convaincu que le virage amorcé avec son quatrième album, Le monde est beau, paru l’automne dernier, a contribué à le faire connaître d’un plus vaste public et lui a apporté une crédibilité nouvelle. Avec cet opus, l’artiste a souhaité s’éloigner quelque peu des balades sentimentales pour livrer un propos un peu plus politique et investi socialement.

« Je voulais montrer qu’Étienne Drapeau pouvait faire plus que des chansons d’amour, a-t-il expliqué. Récemment, le ministre James Moore m’a invité à Ottawa pour la Soirée de la musique canadienne. J’étais l’artiste qui avait été choisi pour représenter la musique francophone lors de ce spectacle. Et maintenant, je reçois la médaille du jubilé. Il se passe plusieurs affaires pour moi dans ce giron-là, en ce moment, et ça me prouve que j’ai fait le bon choix en prenant ce virage. »

Les admirateurs d’Étienne auront bientôt la chance de l’applaudir sur scène, alors que l’homme effectuera sa rentrée montréalaise au Théâtre Saint-Denis (« mon premier Saint-Denis à vie! ») le 11 avril. Il se produira auparavant au Centre d’art La Chapelle, à Québec, le 8 mars.

Collaboration avec Maxime McGraw

Par ailleurs, s’il consacre énormément d’énergie à son parcours en solo, Étienne Drapeau prend toujours plaisir à collaborer avec d’autres artistes. Il a d’ailleurs offert un morceau, Ici ou ailleurs, au jeune auteur-compositeur-interprète Maxime McGraw. Originaire de Tracadie-Sheila, au Nouveau-Brunswick, Maxime lançait lundi son tout premier effort, un éponyme, dans un Hôtel Hyatt bondé.

« Maxime a l’une des belles voix de gars que j’ai entendues, en excluant les grands chanteurs à voix comme Bruno Pelletier ou Sylvain Cossette, a indiqué Étienne. Il est dans la lignée des Roch Voisine, Jean-François Breau, Wilfred LeBouthillier… Je pense qu’il est en liste pour faire partie du club sélect des talents remarquables du Nouveau-Bruswick. »

Ici ou ailleurs a été coécrite en tandem avec l’auteure française Sandrine Roy, et a été mise en musique par Étienne Drapeau.