NOUVELLES
20/02/2013 03:14 EST | Actualisé 22/04/2013 05:12 EDT

Dopage: Lance Armstrong ne collaborera pas avec l'Usada

AP
FILE - In this July 19, 2009, file photo, Lance Armstrong crosses the finish line during the 15th stage of the Tour de France cycling race in Verbier, Switzerland. Armstrong confessed to using performance-enhancing drugs to win the Tour de France during a taped interview with Oprah Winfrey that aired Thursday, Jan. 17, 2013, reversing more than a decade of denial. (AP Photo/Laurent Rebours, File)

Lance Armstrong, privé de ses sept Tours de France et radié pour dopage, ne témoignera pas sous serment devant l'Agence américaine antidopage (Usada), qui aurait pu réduire sa suspension à vie en cas de collaboration, a indiqué mercredi dans un communiqué son avocat Tim Herman.

"Pour plusieurs raisons, Lance ne participera pas aux efforts de l'Usada d'effectuer des poursuites sélectives aux Etats-Unis qui ne font que diaboliser certains individus tout en n'abordant pas les 95% du sport (cycliste) qui ne sont pas sous sa juridiction", selon ce communiqué.

Selon M. Herman, Armstrong sera toutefois "le premier à passer la porte d'un tribunal international dont le rôle serait d'aborder dans sa globalité le cyclisme professionnel, sport presque entièrement européen, et une fois à l'intérieur (de ce tribunal), il répondra à toutes les questions".

"Nous espérons qu'uin effort international va voir le jour et nous ferons tout ce que nous pouvons pour que ça soit le cas", ajoute l'avocat.

L'ancien cycliste américain avait jusqu'à mercredi, date limite fixée unilatéralement par l'Usada, pour accepter de fournir sous serment à l'Agence américaine les détails de ses activités, ce qu'il s'était gardé de faire lors de ses aveux de dopage télévisés devant l'animatrice Oprah Winfrey, mi-janvier.

S'il avait collaborer avec les autorités antidopage, Armstrong aurait pu espérer une réduction à huit ans minimum de sa suspension qui l'empêche de participer à des compétitions (marathon, triathlon) placées sous l'égide du Code mondial antidopage.

Après avoir fixé au Texan de 41 ans une première date butoir au 6 février à la suite des ses aveux télévisés, l'Usada lui avait accordé deux semaines de réflexion supplémentaire car elle semblait avoir compris qu'Armstrong voulait finalement "participer aux efforts visant à nettoyer le cyclisme".

Selon l'Usada, le camp Armstrong n'a pas directement informé mercredi l'Agence américaine de son refus de coopérer.

"Ces dernières semaines, Lance Armstrong nous a amené à croire qu'il voulait venir nous aider mais qu'il était préoccupé par la possibilité de possibles répercussions judiciaires au plan pénal et civil mais nous apprenons aujourd'hui par la presse que M. Armstrong a choisi de ne pas saisir l'occasion de venir honnêtement participer aux efforts de redressement de son sport", a indiqué dans un communiqué le président de l'Usada, Travis Tygart.

L'Usada a indiqué qu'elle poursuivrait son travail sans Lance Armstrong en continuant de travailler étroitement avec l'Agence mondiale antidopage (AMA) et d'autres autorités internationales "appropriées et sérieuses".

bpe/eb

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 7 Tours de France gagnés puis retirés à Lance Armstrong