Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des entreprises de commerce électronique plaident pour conserver leur crédit d'impôt

Quatorze entreprises de commerce électronique s'alarment à la perspective de perdre un crédit d'impôt que leur accorde Québec. Ces entreprises ont fait appel à une firme-conseil pour convaincre le gouvernement de reconduire cette aide fiscale. Ce crédit d'impôt, instauré en 2008 par le gouvernement du Québec, doit prendre fin en 2015.

La firme-conseil consultée par les entrepreneurs en commerce, Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), a évalué que le crédit d'impôt a permis de créer ou d'assurer le maintien de 11 650 emplois en 2011.

De plus, toujours selon les analystes de Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT), ces quelque 12 000 travailleurs ont généré 253 millions en retombées fiscales, tant aux niveaux provincial que fédéral.

Martin Thibault, présidente de la firme Absolunet, l'une des 14 entreprises ayant entrepris la démarche auprès de RCGT. M. Thibault appréhende de devoir se priver de ce crédit d'impôt grâce auquel le nombre de ses employés a triplé depuis 2008.

Absolunet, qui compte 66 employés, développe des applications pour Internet et pour des appareils mobiles.

« C'est sûr que les crédits ont aidé à cette croissance-là », affirme Martin Thibault. Et, d'ici un an et demi, l'entrepreneur compte embaucher une trentaine de personnes de plus.

Selon le ministre des Finances et de l'Économie de la province, Nicolas Marceau, diverses options sont envisagées : « De toute évidence c'est un crédit d'impôt qui rend de très grands services à l'économie du Québec. Et j'aurais des annonces à faire à ce sujet en temps opportun », a déclaré le ministre Marceau.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.