NOUVELLES
19/02/2013 06:02 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Vision Montréal veut des garanties sur le centre de compostage de la carrière Miron

Le parti Vision Montréal réclame des garanties supplémentaires de la Ville pour favoriser l'implantation d'un centre de compostage au complexe environnemental de Saint-Michel.

De nombreux citoyens du quartier dénoncent vivement la décision de la coalition au pouvoir à l'Hôtel de Ville d'implanter un centre de compostage sur le site de l'ancienne carrière Miron. 

La chef de Vision Montréal, Louise Harel, invite la Ville à de nouveaux efforts pour rendre le projet acceptable. « À partir du moment où le bâtiment est, avec toit vert, possiblement agriculture urbaine, dans un environnement définitivement classé parc, avec des aménagements pour les trois prochaines années qui vont garantir que dorénavant, dans le certificat d'autorisation, il n'y aura plus aucun autre usage que celui de parc, je pense qu'il y a là des garanties importantes qui sont données à la population de Saint-Michel », affirme Mme Harel.

La responsable de l'Environnement au comité exécutif, Josée Duplessis, se dit ouverte à la discussion, mais elle insiste sur la différence entre l'ancien site d'enfouissement des déchets et le projet de centre de compostage.

« Ce ne sont pas des déchets, ce sont des ressources. On prend les résidus de table, on aurait pu les manger, ces résidus. On en jette trop et on va les transformer en compostage. On a eu une pétition de 30 000 noms, pourquoi? C'était pour l'agriculture urbaine. Les citoyens veulent que la Ville les accompagne pour faire pousser des légumes en ville. On a besoin de compost pour faire ça », plaide Mme Duplessis.

La Coalition contre l'usine de compostage fait circuler une pétition. Elle a l'appui de la mairesse indépendante de l'arrondissement de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, Anie Samson.