NOUVELLES
19/02/2013 11:04 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

USA: la police peut fouiller une voiture sur indication d'un chien renifleur

La fouille d'une voiture sur simple indication d'un chien renifleur de drogue est une pratique policière constitutionnelle, a décidé mardi la Cour suprême des Etats-Unis.

La plus haute juridiction du pays, qui s'était penchée fin octobre sur deux affaires distinctes de chiens détecteurs de drogue, survenues en Floride en 2006, a rendu mardi sa décision dans l'un des deux cas.

Dans cette affaire, le chien -- Aldo -- s'étais mis en position d'alerte devant la porte d'un conducteur arrêté par la police pour une plaque d'immatriculation expirée. Le policier avait trouvé sous le siège du chauffeur 200 comprimés destinés à fabriquer de la méthamphétamine. Quelques semaines plus tard, le même individu avait été à nouveau arrêté et le même chien avait alerté son maître de la même façon, mais aucune drogue n'avait été trouvée cette fois.

Le conducteur avait mis en doute la fiabilité du chien et estimé que la fouille de son véhicule était anticonstitutionnelle.

Aldo était un chien certifié pour détecter de la méthamphétamine mais pas ses composants, et pas en équipe avec le maître-chien avec lequel il se trouvait alors.

Dans sa décision, la Cour suprême a estimé que la fouille était constitutionnelle et ne nécessitait pas de preuve de la fiabilité du chien, se rangeant à l'avis de la Floride.

Renversant l'arrêt d'une cour d'appel de Floride et confirmant le jugement inférieur, la haute Cour a conclu que les "archives dans ce cas suffisent amplement à déterminer que l'alerte qu'Aldo a donnée (au maître-chien) est une raison suffisante de fouiller le véhicule". "L'Etat a donné des preuves substantielles du dressage d'Aldo et sa performance à détecter de la drogue", a ajouté la Cour.

La haute juridiction n'a pas rendu sa décision dans l'autre affaire de chien renifleur de drogue. Dans ce cas, elle doit dire si la propriété privée a été violée par la présence d'un chien qui avait flairé du cannabis à travers une bouche de climatisation sous le porche d'une maison. Alertés par le chien, les policiers avaient ensuite obtenu un mandat de perquisition et confirmé leurs soupçons.

chv/lor