NOUVELLES
19/02/2013 03:09 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Une famille française enlevée au Cameroun

Sept Français membres d'une même famille, dont quatre enfants, ont été enlevés mardi dans le nord du Cameroun, et des responsables ont laissé entendre que des extrémistes nigérians pourraient être impliqués.

Des hélicoptères militaires ont été mobilisés pour rechercher les touristes, qui ont été enlevés dans la région de l'Extrême-Nord, a déclaré un responsable du gouvernement camerounais à l'Associated Press.

Le groupe gazier français GDF Suez a indiqué que les otages étaient un employé qui travaillait dans la capitale, Yaoundé, ainsi que sa famille. Le groupe était en vacances dans le nord du pays, affirme un communiqué de l'entreprise, qui ne donne pas plus de détails.

« Trois touristes adultes et quatre enfants ont été enlevés tôt ce matin par des hommes circulant sur des motos qui se sont enfuis en direction de la frontière avec le Nigeria », a déclaré un responsable du ministère des Forêts et de la Faune, Jean-David Ndjigba, joint à Maroua, la capitale régionale.

Des militaires et des gendarmes paramilitaires ont déclaré que le gouverneur de la région, Augustin Fonka Awah, était sur le terrain et accompagnait les forces de l'ordre dans les recherches.

« Au moment où je vous parle, des hélicoptères survolent toute la province et particulièrement la région administrative de Waza à la recherche des touristes enlevés », a dit M. Ndjigba, en précisant que le véhicule dans lequel circulaient les touristes avait été retrouvé à la frontière avec le Nigeria.

Le parc national de Waza, une réserve faunique située tout au nord du Cameroun, attire principalement des touristes étrangers. Mais cette région où se rejoignent le Cameroun, le Nigeria et le Tchad souffre de la présence de bandits qui enlèvent parfois des étrangers dans l'espoir d'obtenir une rançon.

Un commerçant camerounais, qui a réclamé l'anonymat par crainte pour sa sécurité, a déclaré qu'il revenait du Nigeria en voiture et qu'il était tombé par hasard sur la scène d'enlèvement.

Le véhicule des touristes français s'est enlisé dans le sable près de la ville de Dabanga, à environ six kilomètres de la frontière nigériane. Des hommes armés sont arrivés en moto et ont forcé les touristes à abandonner leur véhicule, a déclaré le commerçant.

Les otages ont été emmenés au loin malgré la présence de nombreux témoins qui ont assisté à la scène, a-t-il dit. « Personne ne pouvait les aider parce que les ravisseurs étaient lourdement armés et ils ont menacé de tuer quiconque approcherait d'eux », a-t-il ajouté.

Le président français François Hollande, en visite en Grèce, a conseillé aux citoyens français présents dans la région de ne pas se placer dans des situations risquées.
Il a souligné que la France était engagée dans une opération militaire pour déloger les extrémistes du nord du Mali. Les terroristes « ne sont pas seulement présents au Mali. » a-t-il dit.

Il y a maintenant 15 Français retenus en otages en Afrique de l'Ouest. En plus des sept touristes enlevés mardi au Cameroun, un Français est détenu au Nigeria et sept autres se trouveraient dans le nord du Mali.

Selon un responsable français proche de l'ambassade de France au Cameroun, les otages auraient été emmenés au Nigeria, où un groupe extrémiste peu connu, appelé Ansaru, a revendiqué lundi la responsabilité de l'enlèvement de sept autres étrangers.

Associated Press