NOUVELLES
19/02/2013 09:46 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Trafic de drogue et insécurité, défis pour la stabilité des Caraïbes (Martelly)

Le président haïtien Michel Martelly a appelé ses partenaires des Caraïbes à renforcer la coopération pour lutter contre la criminalité et le trafic de drogue qui menacent la stabilité économique et politique, à l'ouverture lundi d'un sommet régional.

Haïti accueille à Port au Prince le 24e sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté de la Caraïbe (Caricom).

"La souveraineté de nos pays est parfois violée par des acteurs non-étatiques puissants qui se consacrent au trafic illicite des stupéfiants et qui utilisent nos territoires comme points de transit mettant en péril nos systèmes économiques et provoquant des perturbations socio-politiques", a dénoncé M. Martelly lors du discours inaugural du sommet.

Haïti avec ses 10,5 millions d'habitants --soit la moitié de la population des pays de la région, tous anglophones-- exerce pour la première fois la présidence tournante de ce mécanisme d'intégration régionale depuis son admission provisoire en 1997 puis officiellement en 2002.

Le président haïtien a d'autre part, rencontré lundi le ministre de la Justice américain et abordé la question des expulsions de citoyens des Caraïbes incarcérés aux Etats-Unis.

"Nous avons eu de discussions ouvertes et franches. Les Etats-Unis veulent établir de bonnes relations avec les pays de la Caricom pour s'assurer de la sécurité des peuples de la région et du peuple américain", a déclaré Eric Holder lors d'un point de presse.

M. Martelly qui mise sur ce sommet pour "envoyer une autre image d'Haïti au monde", a plaidé pour plus d'ouverture afin de faciliter la circulation des biens et la mobilité des personnes dans la communauté.

"Haïti est une opportunité pour la Caraïbe malgré ses difficultés. Nous représentons un marché de près de 10 millions d'habitants. Notre économie a besoin d'être soutenue par des investissements".

Il a également promis à ses collègues d'harmoniser les lois haïtiennes aux normes de la région et de mettre son pays en règle avec le régime du commerce, des biens et services.

Le sommet des pays des Caraïbes se poursuit mardi à Port-au-Prince, seul pays francophone de la communauté, qui demande l'adoption du français comme langue officielle de l'organisation.

cre/rap/jca