BIEN-ÊTRE
19/02/2013 08:50 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

"Skippy dans les étoiles": comment survivre à son adolescence ?

Pas de kangourou dans le roman "Skippy dans les étoiles" de l'Irlandais Paul Murray mais des garçons qui tentent de survivre à l'adolescence dans un pensionnat huppé: une comédie noire et émouvante, encensée par le public et la critique, en librairie le 7 mars en France.

"J'ai moi aussi fréquenté ce genre d'école catholique pour garçons. C'était au Blackrock College, une institution à Dublin, fondée par un Français au XIXe siècle, et je me suis pas mal inspiré de mes souvenirs", dit à l'AFP l'auteur de "Skippy dans les étoiles" (Belfond), finaliste de nombreux prix outre-Manche où le livre est paru en 2010, traduit depuis en une quinzaine de langues.

"Situer l'intrigue dans une école, c'est idéal pour multiplier les personnages et les situations", assure Paul Murray, né en 1975 à Dublin, ancien libraire, dont c'est le 2e roman. Il y a les élèves mal dans leur peau, les petits génies, les cancres, les terreurs, les suiveurs, les poètes... Et puis les adultes, indifférents, lâches ou salauds. La cruauté et la camaraderie, les fous rires et le drame.

"Je n'aime pas être prisonnier d'un genre et "Skippy Dies" (le titre anglais du roman) alterne des moments de pure comédie et d'autres beaucoup plus tragiques et effrayants. Tout comme les ados passent d'un extrême à l'autre, de l'exaltation au désespoir, de l'amour à la haine".

Skippy a pour meilleur ami Ruprecht, un génie des maths obèse, nul en sport et épris de physique quantique. Comment survivre au Seabrook College quand on est considéré comme les "losers" du bahut ?

Les adultes ne leur sont pas d'un grand secours. Et l'auteur se glisse avec la même habileté dans la tête des ados que dans celle des profs.

Skippy s'effondre au beau milieu d'un concours de mangeurs de beignets. Pas très héroïque comme fin... Il a juste le temps de tracer sur le sol avec du sirop de framboise le nom de celle qu'il aime, la belle Lori, élève de l'école pour filles voisine.

Le Seabrock College a du mal à s'en remettre, Lori aussi, tandis que Ruprecht tente à tout prix d'entrer en contact avec son ami dans un monde parallèle.

Le livre, construit comme un long flash-back, va être adapté au cinéma par un autre Irlandais, Neil Jordan, le réalisateur d'"Entretien avec un vampire".

("Skippy dans les étoiles" - Paul Murray - Belfond - 688 p. - 23 euros - Sortie le 7 mars)

cha/pjl/bfa