NOUVELLES
19/02/2013 04:22 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

L'UPAC frappe à l'hôtel de ville de Montréal

Un texte de Gaétan Pouliot

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) mène présentement une série de perquisitions sur le territoire de Montréal, dont une à l'hôtel de ville et une autre dans les locaux d'Union Montréal, ancien parti du maire Michael Applebaum et de l'ex-maire Gérald Tremblay.

Sept autres lieux font l'objet de perquisitions, dont les bureaux des arrondissements d'Anjou, de Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, de Lachine, de Saint-Laurent, de Saint-Léonard et de Verdun.

Quelque 125 policiers prennent part à l'opération menée par le Service des enquêtes sur la corruption de l'UPAC, aussi appelé escouade Marteau.

Cette série de perquisitions porte sur du financement électoral illégal, selon notre journaliste d'Enquête Alain Gravel. Selon ses sources, les policiers ont rencontré et interrogé le maire Michael Appelbaum, l'ex-maire Gérald Tremblay, le maire de l'arrondissement de Lachine Claude Dauphin et l'ex-président du comité exécutif de la ville Frank Zampino.

Au total, 25 personnes auraient été rencontrées par les policiers, dont des fonctionnaires et des fournisseurs, des élus et des anciens élus.

Ces perquisitions ont lieu dans le cadre d'une enquête qui a été ouverte en 2010, a précisé la porte-parole de l'UPAC, Anne-Frédérick Laurence. « Ça concerne des allégations d'abus de confiance, de fraude et de fabrication de faux documents », a-t-elle ajouté.

Il ne devrait pas y avoir d'arrestations. Les policiers sont plutôt à la recherche de documents.

« J'ai fait une campagne propre », dit Applebaum

En soirée, le maire de Montréal a convoqué les journalistes pour préciser qu'il y avait eu des perquisitions dans différents bâtiments de la ville et que son administration collaborait avec les policiers.

« Je ne fais pas l'objet d'une enquête; je suis là pour collaborer », a-t-il dit, ajoutant avoir ouvert toutes les portes de l'hôtel ville aux enquêteurs.

Refusant de révéler les questions qui lui ont été posées par les policiers, afin de ne pas nuire à l'enquête, le maire s'est contenté de dire qu'il n'avait rien à se reprocher concernant la dernière campagne électorale, alors qu'il se présentait sous la bannière d'Union Montréal.

L'hôtel de ville sera ouvert mercredi, a-t-il aussi dit.

L'hôtel de ville évacué

Vers 16 h, des dizaines de policiers ont demandé à tous les employés de l'hôtel de ville d'évacuer les lieux.

Le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, a raconté qu'il avait un rendez-vous avec le maire lorsqu'on lui a demandé de quitter les lieux vers 16 h 15.

Dans le bureau du maire, les gardiens de sécurité l'ont informé que sa réunion avec Michael Applebaum n'avait plus lieu d'être. « Une minute après, on a eu l'ordre général sur les haut-parleurs de quitter l'immeuble », a témoigné M. Bergeron sur les ondes de RDI.

M. Bergeron dit ignorer la raison de la perquisition à l'hôtel de ville. « [L'UPAC] sait ce qu'elle cherche. Moi, je ne le sais pas », a-t-il dit.

« C'est du jamais vu », a dit pour sa part la chef de Vision Montréal, Louise Harel, qui est aussi ex-ministre des Affaires municipales du Québec.