NOUVELLES
19/02/2013 10:04 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Les Saoudiennes font leur entrée au Conseil consultatif

Les membres du Conseil consultatif saoudien, qui comprend pour la première fois 30 femmes, ont prêté serment mardi devant le roi Abdallah lors d'une cérémonie organisée dans son palais à Ryad.

Le souverain s'est dit heureux de rencontrer les membres du Conseil à l'ouverture de cette première session "à laquelle participent des femmes", une présence sans précédent dans l'histoire du royaume ultraconservateur où la mixité est strictement interdite.

Les 30 femmes, dont plusieurs portaient le niqab, ont pris place dans le même salon que leurs 130 collègues masculins pour prêter serment collectivement devant le roi Abdallah.

Le souverain avait nommé le 11 janvier trente Saoudiennes au Conseil consultatif, une instance qui n'a pas le droit de légiférer et se contente de conseiller le gouvernement sur les politiques générales du pays.

Dans une brève déclaration retransmise par la télévision d'Etat, le souverain a recommandé aux membres du Conseil de faire preuve de "réalisme" dans leurs débats et de "faire prévaloir la raison dans les questions qu'ils auront à traiter".

"Le développement auquel nous oeuvrons tous doit être progressif", a ajouté le roi.

Des oulémas radicaux avaient contesté la nomination de femmes au Conseil consultatif, lors d'un rare rassemblement devant le palais royal à Ryad le 16 janvier.

Le souverain, qui se remet des suites d'une intervention chirurgicale au dos, s'est excusé de ne pas pouvoir "serrer la main" aux 150 membres du Conseil.

Mais il a tenu à saluer "toutes" les femmes qui font partie de cette instance, et à leur souhaiter du succès.

Le roi Abdallah est un prudent réformateur dans un royaume où l'establishment religieux ultra-conservateur, et généralement hostile au droit des femmes, garde une grande influence sur la vie publique.

Il avait promis le 25 septembre 2011 de faire entrer les femmes au Conseil consultatif.

A la même date, le souverain avait octroyé aux Saoudiennes le droit de vote aux municipales mais seulement à partir de 2015.

La vie des Saoudiennes reste régie par une interprétation rigoriste de l'islam qui leur impose de sortir voilées et leur interdit de voyager à l'étranger sans l'autorisation d'un tuteur ou de conduire une voiture.

La mixité reste bannie dans l'enseignement et au travail, et les rares tentatives de passer outre sont farouchement combattues par les dignitaires religieux conservateurs.

aa/tm/cnp