NOUVELLES
19/02/2013 06:21 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Les Emirats veulent encourager leurs citoyens à travailler dans le privé

Les Emirats arabes unis envisagent d'imposer un week-end de deux jours au secteur privé pour le rendre plus attrayant aux yeux de leurs citoyens, qui préfèrent travailler dans la fonction publique, selon le ministre du Travail cité mardi par la presse locale.

Le gouvernement pourrait en outre s'engager à payer aux Emiratis travaillant dans le secteur privé un "complément de salaire", a indiqué le ministre, Saqr Ghobash, selon qui les salaires de la fonction publique sont environ trois fois plus élevés que ceux du privé.

"Sur plus de quatre millions de personnes travaillant dans le secteur privé, seulement 20.000 sont des Emiratis, dont 65% travaillent dans le secteur bancaire", a affirmé le ministre, cité par le quotidien The National.

Au total, 225.000 Emiratis travaillent et 30.000 Emiratis (11,8 % de la population active), sont au chômage, dont 87% de femmes, a encore précisé le ministre.

Il a indiqué que les Emirats, véritable Etat providence, envisageaient des mesures pour encourager leurs citoyens à travailler dans le privé afin de lutter contre le chômage.

Selon lui, le gouvernement étudie "l'instauration d'un week-end de deux jours (vendredi et samedi) dans le secteur privé", à l'instar du secteur public. En contrepartie, la journée de travail passerait de huit heures actuellement à neuf heures.

La fonction publique est beaucoup plus attrayante pour les Emiratis, avec des salaires confortables, des journées plus courtes, et selon le ministre, 119 jours de congé et de repos hebdomadaire par an, contre 62 dans le privé.

"Il y a une forte différence entre les salaires", a reconnu le ministre dont le pays pétrolier est l'un des plus riches du monde.

Les Emiratis ne représentent que quelque 11,47% de la population du pays, qui compte environ 8,26 millions d'habitants au total.

wak/at/cnp