NOUVELLES
19/02/2013 11:09 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Jour de budget en C.-B.

Le gouvernement libéral de Colombie-Britannique révèle son plan budgétaire mardi, après que ses promesses d'un budget équilibré eurent été tant critiquées qu'il a commandé un examen indépendant par un économiste.

La manœuvre n'a pas toutefois permis de rétablir la crédibilité du budget. L'économiste Tim O'Neill a en effet approuvé le document de façon générale, mais a clairement fait savoir que les revenus envisagés à partir du gaz naturel avaient été surestimés, comme ils l'ont été durant cinq des huit dernières années.

Des fonctionnaires du ministère des Finances ont alors rapidement revu leurs projections qui étaient trop élevées d'environ 70 millions de dollars.

« Nous avons dû agir rapidement pour inclure de nouveaux chiffres dans le budget », a admis le ministre des Finances Mike de Jong plus tard lundi.

Le projet de loi de M. de Jong sur l'équilibre budgétaire et politique devrait à la fois être ambitieux par endroits, comme le laissait entendre le discours du Trône du 12 février, et austère en d'autres. Ce qui signifie des projections de revenus optimistes, mais pas de cadeaux préélectoraux.

« Les gens qui s'attendent à un budget rempli à la tonne de promesses d'argent aux Britanno-Colombiens seront déçus, car nous ne sommes tout simplement pas en mesure de le faire », a prévenu le ministre.

Le porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière de finances, Bruce Ralston, espère en savoir davantage sur comment les libéraux entendent se fier aux actifs de la province pour équilibrer son budget. « À savoir si cela est réaliste, ou si ces propriétés de l'État seront vraiment vendues et si l'argent récolté se verra vraiment dans le budget, c'est une autre histoire », a-t-il laissé tomber.

Les détails du budget seront connus lorsque M. de Jong prendra parole à l'Assemblée législative et prononcera son discours budgétaire peu après 14 h, heure du Pacifique.