NOUVELLES
19/02/2013 04:38 EST | Actualisé 21/04/2013 05:12 EDT

Espérant de nouvelles fusions-acquisitions, Wall Street à un nouveau sommet

Wall Street a atteint mardi un nouveau sommet en plus de cinq ans, soutenue par un regain d'activités dans les opérations de fusions-acquisitions et l'espoir que le Congrès parvienne à éviter des coupes budgétaires drastiques: le Dow Jones a gagné 0,39% et le Nasdaq 0,68%.

Selon des résultats définitifs, le Dow Jones Industrial Average a avancé de 53,91 points à 14.035,67 points, un niveau plus vu depuis octobre 2007, et le Nasdaq, à dominante technologique, de 21,56 points à 3.213,59 points, son plus haut depuis novembre 2000.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'est apprécié de 0,73% ou 11,15 points à 1.530,94 points, s'établissant aussi à un sommet depuis octobre 2007.

Le marché, en pleine forme depuis le début de l'année, "poursuit sa course ascendante grâce aux accords annoncées au cours des dernières séances", selon Andrew Fitzpatrick, de Hinsdale Associates.

Après le rachat la semaine dernière du groupe de ketchup Heinz pour 28 milliards de dollars, dette comprise, par le milliardaire Warren Buffett et le fonds 3G Capital, le marché a très favorablement accueilli les rumeurs sur une possible fusion entre les deux distributeurs de fournitures de bureau OfficeMax et Office Depot.

"Les entreprises américaines ont à leur disposition tellement de liquidités que les investisseurs s'attendent à de nouvelles annonces dans les semaines à venir", a noté M. Fitzpatrick.

"De retour d'un long week-end", lundi étant férié aux Etats-Unis, le marché a aussi profité "de bonnes nouvelles en provenance d'Allemagne", a remarqué Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

L'indice de confiance Zew des milieux financiers allemands a en effet dépassé les prévisions des analystes, se hissant en février à son meilleur niveau depuis avril 2010.

"Le fait que le président Barack Obama tente de faire pression sur le Congrès pour qu'il agisse" avant la mise en place automatique le 1er mars de restrictions budgétaires "a aussi joué sur l'état d'esprit des investisseurs", a par ailleurs relevé M. Cardillo.

"Ils espèrent que ces coupes, qui auraient un effet négatif sur l'économie américaines, pourront être évitées", a-t-il ajouté.

M. Obama a notamment prévenu que "si le Congrès (laissait) ce couperet tomber, cela mettra en péril notre capacité militaire à intervenir, et cela sapera les investissements créateurs d'emplois dans l'éducation, l'énergie et la recherche médicale".

Le marché obligataire a terminé en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a avancé à 2,026% contre 2,007% vendredi soir et celui à 30 ans à 3,205% contre 3,179% en fin de semaine dernière.

jum/sl/lor