NOUVELLES
19/02/2013 02:08 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Cercle de feu : le ministre Clement demeure prudent

Le président du Conseil du Trésor du Canada, Tony Clement, deviendra le coordonnateur des initiatives fédérales reliées au Cercle de feu, dans le Nord-Ouest ontarien. Dans un discours devant la Chambre de commerce de Thunder Bay, il a affirmé vouloir développer le potentiel minier du territoire d'une façon qui plaira à tous.

« Nous devons le faire de la bonne façon, mais nous devons le faire », a-t-il dit, dans son premier discours sur le gisement de chromite à plus de 500 kilomètres au nord de Thunder Bay. « Nous ne pouvons nous permettre de voir ce projet retardé ou paralysé », a ajouté le ministre responsable de FedNor.

Malgré son enthousiasme, Tony Clement est demeuré prudent puisque le développement du Cercle de feu demeure un projet controversé chez les environnementalistes, les Premières Nations et les petites communautés avoisinantes.

« C'est très complexe comme projet, mais ce n'est pas une raison pour ne pas se retrousser les manches », a-t-il affirmé.

Les tensions sont grandes entre les gouvernements les communautés autochtones sur le partage des richesses provenant des ressources naturelles.

Tony Clement veut d'abord éviter de froisser quiconque et déclare qu'il cherche un consensus sur la meilleure façon d'exploiter les gisements de la région. S'il fait ses premiers pas en tant que ministre responsable du Cercle de feu, Tony Clement, aussi député de Parry Sound, connaît le potentiel minier de cette région depuis plusieurs années.

Le territoire contiendrait les plus grandes réserves de chromite au monde, en plus d'autres métaux.

« C'est un projet d'une importance nationale pour plusieurs décennies, qui entraînera des emplois et des revenus », poursuit le ministre.

Par contre, l'endroit est très isolé. Seulement quelques Premières Nations vivent autour du Cercle de feu, accessibles par avion seulement. Ces communautés sont parmi les pauvres au Canada, avec des populations aux prises avec des problèmes de toxicomanie et très peu d'emplois.

Approche globale

Le gouvernement ontarien avait demandé à Ottawa l'an dernier de nommer un ministre responsable du Cercle de feu, pour superviser le rôle du gouvernement fédéral.

Tony Clement aura pour mandat de chapeauter toute décision provenant de FedNor, de même que les ministères fédéraux de la Santé, des Finances, des Affaires autochtones, les Ressources naturelles, Environnement Canada et Infrastructures Canada.

« Il nous faut prendre une approche globale », dit M. Clement.

Les minières, les autochtones et le gouvernement ontarien attendent depuis des mois de connaître la participation du fédéral dans le Cercle de feu.

Le gouvernement provincial aimerait qu'Ottawa défraie une partie des coûts pour la construction d'une route vers le Cercle de feu. Alors que les Autochtones et les environnementalistes aimeraient qu'une étude environnementale, avec des consultations publiques, ait lieu.