NOUVELLES
18/02/2013 10:08 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Viande de cheval: Paris rétablit en partie la licence d'une usine au coeur de la crise (ministre)

L'usine française Spanghero va retrouver son agrément sanitaire pour ses activités de production de viande hachée, de saucisserie et d'élaboration de plats cuisinés, a annoncé lundi à l'AFP le ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

L'entreprise, au coeur du scandale européen de la viande de cheval faussement estampillée "boeuf", ne pourra pas en revanche reprendre son activité d'entreposage de matières premières congelées, a ajouté le ministre.

"A ce stade, 80% du stockage de toutes les viandes a été vérifié, le travail continue sur les 20% restants. Le rapport d'enquête complet et définitif sera rendu vendredi", a indiqué M. Le Foll, en assurant disposer à ce stade de "suffisamment d'éléments" pour rétablir en partie l'agrément de l'entreprise.

"Pouvez-vous imaginer que j'autoriserai une telle reprise si j'avais le moindre doute?" a-t-il insisté.

Cette annonce a été faite alors que M. Foll et deux autres ministres devaient rencontrer en fin d'après-midi les représentants des quelque 300 employés de Spanghero, contraints au chômage technique depuis vendredi.

Basée à Castelnaudary (sud-ouest de la France), l'entreprise Spanghero est accusée de "tromperie économique" dans l'affaire européenne de la viande de cheval retrouvée dans des plats cuisinés censés contenir du boeuf.

La société Spanghero savait qu'elle revendait comme viande de boeuf de la viande chevaline qui lui était arrivée avec l'étiquette douanière correspondante, avaient estimé les autorités françaises en lui retirant l'agrément.

san-ach/st/kat/jeb