NOUVELLES
18/02/2013 06:46 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Turquie: heurts à la reprise d'un procès pour complot anti-gouvernement

Des incidents ont opposé manifestants et forces de l'ordre lundi à Istanbul, à la reprise du procès controversé de près de 300 personnes accusées d'avoir comploté pour renverser le gouvernement islamo-conservateur au pouvoir en Turquie, ont rapporté les médias turcs.

Les gendarmes ont utilisé des grenades lacrymogènes et des canons à eau pour disperser plusieurs centaines de personnes qui s'étaient rassemblées, à l'appel d'associations et de partis politiques, devant le complexe pénitentiaire de Silivri, dans la grande banlieue d'Istanbul, pour dénoncer la tenue de la 276e audience de ce procès-fleuve, ouvert en octobre 2008.

Un député du principal parti d'opposition turc, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) a été blessé lors de ces incidents, a précisé l'agence de presse Anatolie.

Le tribunal qui siège à Silivri doit prochainement entendre le réquisitoire définitif de l'accusation contre les quelque 300 personnes, officiers, chefs de la pègre ou journalistes, poursuivies pour avoir tenter de renverser le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Parmi les membres présumés de ce complot baptisé Ergenekon, du nom du lieu mythique d'Asie centrale qui aurait vu naître le peuple turc, figure un ancien chef d'état-major de l'armée turque, le général Ilker Basbug.

A l'ouverture du procès, l'accusation a requis de très lourdes peines de prison contre les prévenus.

Ce procès est l'un des nombreux dossiers judiciaires ouverts par le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP), au pouvoir depuis 2002, contre l'armée, qui a renversé trois gouvernements élus depuis 1960 et forcé un gouvernement pro-islamiste à la démission en 1997.

Dans le premier de ces dossiers jugé, la justice turque a prononcé en septembre 2012 de lourdes peines de prison contre plus de 300 officiers.

BA/pa/ros