NOUVELLES
18/02/2013 07:09 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Le <i>Reader's Digest</i> encore en faillite

AFP

L'éditeur du magazine généraliste Reader's Digest s'est placé, dimanche soir, sous la protection de la loi sur les faillites aux États-Unis pour une deuxième fois en trois ans et demi.

La dette du groupe s'élève à près de 1,2 milliard de dollars alors que ses actifs sont estimés à 1,1 milliard, d'après des documents déposés devant la cour de White Plains, dans l'État de New York.

Le magazine Reader's Digest, qui a été fondé en 1922 sur le modèle de résumés d'articles d'autres publications, parvient difficilement à se trouver une niche alors qu'Internet bouleverse les créneaux traditionnels des magazines. Les récents résultats financiers du groupe indiquent que ses revenus se sont repliés de 26 % sur un an en raison notamment des ventes décevantes de ses publications.

Le recours à la loi sur les faillites permettra à l'entreprise de réduire sa dette, a expliqué dans un communiqué son chef de la direction, Bob Guth, ajoutant que son groupe allait se concentrer sur la « force des marques de ses magazines en Amérique du Nord, qui ont démontré une nouvelle vitalité à la suite de transformations, surtout dans l'univers numérique ». Déjà, près de 70 % des créanciers du Reader's Digest aurait accepté un arrangement, qui prévoit qu'ils perdraient près de la moitié de leur créance auprès du groupe.

L'entreprise de New York s'était déjà placée sous la protection de la loi sur les faillites en août 2009 et était parvenue à se restructurer, en février 2010, en réduisant sa dette d'environ 2 milliards de dollars.