NOUVELLES
18/02/2013 08:28 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Papouasie-Nouvelle-Guinée: deux personnes accusées du lynchage d'une «sorcière»

SYDNEY - Les policiers de Papouasie-Nouvelle-Guinée ont déposé lundi des accusations contre deux personnes soupçonnées du meurtre d'une femme accusée de sorcellerie qui a été brûlée vive devant des dizaines de témoins, dont plusieurs enfants.

Janet Ware et Andrew Watea sont accusés du meurtre de Kepari Leniata, une jeune mère de 20 ans qui a été attaquée par une foule en colère plus tôt ce mois-ci. La victime a été dénudée, torturée avec un fer brûlant, arrosée d'essence et brûlée vive sur une pile de pneus et de détritus.

Mme Leniata avait été accusée de sorcellerie par les proches d'un garçon de 6 ans mort à l'hôpital. Janet Ware et Andrew Watea seraient la mère et le père de l'enfant.

Ils comptent parmi la quarantaine de personnes arrêtées la semaine dernière en lien avec cette affaire. Les autres ont été libérées faute de preuve, mais la police affirme que d'autres arrestations sont à prévoir.

La sorcellerie est fréquemment invoquée dans les régions rurales de Papouasie-Nouvelle-Guinée pour expliquer des événements mystérieux.

Selon la police, les centaines de témoins présents lors de l'incident ont été incapables d'empêcher la foule de s'en prendre à Kepari Leniata à Mont Hagen, une capitale provinciale de l'ouest du pays. Des policiers se trouvaient aussi dans la foule, mais ils ne seraient pas intervenus. Leurs agissements font l'objet d'une enquête.

Le meurtre est passible de la peine de mort en Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais aucun détenu n'a été exécuté depuis que le pays a accédé à l'indépendance, en 1975.