NOUVELLES
18/02/2013 11:21 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

Mardi, Fernando, Susie et les autres

Fernando Alonso héritera d'une voiture qui a fait plus de 1000 km à Jerez. La F138 est rodée, et l'Espagnol en profitera lors de ses trois jours de travail de mardi à jeudi.

Alonso pourra entrer dans le vif du sujet dès mardi, et on verra rapidement si le temps de référence que Felipe Massa a inscrit à Jerez était légitime.

Il est également prévu que l'Espagnol tourne deux jours de plus dans la dernière session de travail à Barcelone, prévue entre le 28 février et le 3 mars, avant le départ pour l'Australie et la première épreuve de la saison, le 17 mars à Melbourne.

Les essais de Jerez ont en effet montré que Lotus, Red Bull et McLaren avaient beaucoup et bien roulé, signé de très bons chronos avec des pneus durs ou beaucoup d'essence à bord. Feront-elles partie du quatuor de tête avec Ferrari?

Mercedes-Benz aimerait s'inviter dans le quatuor, mais elle devra pour cela déloger une des trois équipes mentionnées ci-haut. Et ce ne sera pas de la tarte. Après quelques hésitations, la Mercedes-Benz W04 a accumulé plus de 1400 kilomètres à Jerez, lors des deux derniers jours. Ce qui a rassuré Lewis Hamilton.

L'autre vedette de ces essais de Barcelone, c'est la nouvelle Williams FW35 à moteur Renault. C'est la pilote de développement Susie Wolff qui aura l'honneur de « réveiller » la FW35 mardi matin, avant que Pastor Maldonado ne prenne le relais pour le début des essais.

Avec le très prometteur Valtteri Bottas à la place de Bruno Senna, l'équipe britannique veut s'ancrer dans le top 6. Elle demandera à ses pilotes d'entrer régulièrement dans les points, pour pouvoir lutter avec Sauber et Toro Rosso. Williams, contre toute attente, avait remporté une course en 2012, justement à Barcelone, grâce au pilotage sans faille de Maldonado ce week-end-là.

Il reste un volant à pourvoir. C'est avec Force India. L'Allemand Adrian Sutil, 30 ans, pilote Force India jusqu'en 2011, a fait mouler un siège la semaine dernière. Il est fort possible que Sutil roule en Catalogne en alternance avec le Français Jules Bianchi, pilote de réserve de l'équipe. 

Les équipes pourront évaluer les gommes tendres de Pirelli. Ce qu'elles ont eu du mal à faire à Jerez, car la piste était trop abrasive, et les voitures ont beaucoup tourné en pneus durs.

« Nous espérons que les conditions seront plus représentatives de ce que les équipes vont trouver cette année, a expliqué Paul Hembery, directeur de Pirelli Competition. Toutes les équipes vont avoir ici leur nouvelle voiture et toute la gamme de pneumatiques sera à leur disposition. Barcelone est un circuit que les équipes connaissent très bien et sur lequel elles ont énormément de données, cela est très utile à titre de comparaison. Alors il devrait être possible, pour elles, de mieux comprendre la nouvelle génération de pneus. »