NOUVELLES
18/02/2013 10:03 EST | Actualisé 20/04/2013 05:12 EDT

L'UE lève une partie de ses sanctions à l'encontre du Zimbabwe

Les ministres européens des Affaires étrangères se sont mis d'accord lundi pour lever une partie des sanctions frappant le Zimbabwe depuis une décennie afin de récompenser les réformes politiques en cours à Harare, a-t-on appris de source diplomatique.

L'UE va lever ses sanctions -interdiction de voyager et gel des avoirs- contre 21 personnes et 11 sociétés, a-t-on précisé de même source. Au total, 112 personnes dont le président Robert Mugabe sont actuellement sous le coup de sanctions.

Cette décision fait suite à l'annonce faite la semaine dernière d'un référendum sur une nouvelle Constitution le 16 mars prochain et d'élections en juillet.

Le Premier ministre Morgan Tsvangirai avait annoncé mercredi dernier que les Zimbabwéens seraient appelés aux urnes en mars pour approuver une nouvelle Constitution devant ouvrir la voie à des élections censées départager M. Tsvangirai et son adversaire, le président Mugabe.

Les deux hommes, unis contre leur gré au sein d'un fragile gouvernement national depuis quatre ans, s'étaient mis d'accord à la mi-janvier sur une nouvelle loi fondamentale qui limite notamment les pouvoirs et la durée du mandat du président et supprime l'immunité dont jouit le chef de l'Etat.

L'approbation de la nouvelle Constitution ouvrirait la voie à des élections présidentielle et législatives qui se tiendraient en juillet, selon M. Tsvangirai.

Agé de 88 ans, M. Mugabe est au pouvoir depuis 32 ans.

ccr-aje/may/bbc